Le papier et l’administration

CC Flickr - Dantaylr

Cela fait 3 ans que je suis dans l’enseignement supérieur. 3 ans que les administrations et mes établissements d’enseignement me demandent mon adresse mail sans jamais l’utiliser. 3 ans qu’il continuent à m’envoyer des lettres et des formulaires d’inscription papiers. 3 ans que je dois leur renvoyer chaque année les mêmes copies, les mêmes imprimés, les mêmes informations.

Le top du top, ce sont les inscriptions : une première partie en ligne (les candidatures), tout le reste par courrier (avec une moyenne de 15 pages par dossier). Comme si on ne pouvait pas tout faire sur internet…

Résultat : je dépense bêtement de l’argent en timbres et, surtout, on abat des arbres pour rien. Les discours « écologie et économies » sont très beaux, et je ne demande qu’à y croire, encore faudrait-il passer la vitesse supérieure…

À titre d’exemple, cela fait seulement 6 mois que mon CROUS accepte les virements en ligne pour payer les loyers, et il vient seulement de se doter d’un portail de réinscription numérique pour les anciens occupants. Si l’on peut payer ses impôts via internet depuis au moins 4 ans, pourquoi ne pourrait-on pas y effectuer (une fois pour toutes) l’ensemble des démarches administratives ?

Tout le monde s’y retrouverait : l’usager, en terme de coûts, de rapidité (comprenant le fait de pouvoir faire un seul envoi pour plusieurs destinataires), et l’administratif, en terme de traitement des données (via l’utilisation de filtres de recherches et de classement) et de stockage des archives.

Mais pour cela, il faudrait encore de vrais informaticiens. Je ne sais pas à quoi sont formés mes collègues de DUT informatique, mais dans les universités et les entreprises, les réseaux sont des horreurs, et les outils « maison » sont presque toujours contre-ergonomiques. Entre le proxy qui vous bloque tout sauf ce qu’il faut, les débits de connexion ridicules, les instabilités, les logiciels non mis à jours, et les intranets dignes du web des années 1990 où une vache ne retrouverait pas son veau… Elles sont belles leurs usines à gaz ! Alors parfois, je peux comprendre qu’on préfère la fiabilité du papier.

Je suis pour qu’on pende les informaticiens à l’entrée des entreprises. Juste pour servir d’exemple à ceux qu’on n’aura pas encore pendus. Parce qu’il savent bien que le vrai pouvoir, c’est eux qui le détiennent (même si c’est juste le pouvoir d’emmerder le peuple plutôt que celui d’agir réellement), et qu’en plus ils parlent un langage qu’ils sont seuls à comprendre.

D’où la leçon philosophique du jour : les informaticiens doivent vivre en servitude, sinon, point de salut pour la société.

Et la leçon bis du jour : ne confiez pas la responsabilité du service informatique à un informaticien. Trouvez un physicien bien geek, ça marchera beaucoup mieux.

Et la règle fondamentale du site internet : confiez le à un designer.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s