Diaspora : le renouveau des réseaux sociaux

Un nouveau réseau social a vu le jour en 2010, plus respectueux de la confidentialité des ses utilisateurs : Diaspora*.

Préambule : de l’utilité des réseaux sociaux

L’entrée des réseaux sociaux dans notre vie, puis dans notre quotidien, remonte à 5 ans environ{{1}}[[1]]Création de Facebook : 2004, Twitter : 2006[[1]], ce qui ne les a pas empêché de devenir très vite incontournables. Leur objectif initial est de favoriser les contacts et les partages (liens, photos, vidéos, infos) entre utilisateurs.

Cependant, ils ont tous clairement pris un virage marketing, avec la publicité, la présence des marques, la création d’un « social marketing » propulsé par les (auto-proclamés) community managers{{2}}[[2]]Personnes chargées de l’image d’une marque sur le web et des relations prospects/client sur les réseaux sociaux[[2]], et aussi, il faut bien le dire, la violation de notre intimité avec notamment l’enregistrement de toutes nos données de connexion (pages visitées, recherches effectuées, emplacements géographiques…) dans le but d’afficher les publicités les mieux ciblées{{3}}[[3]]Facebook comme Google enregistrent sur votre ordinateur des programmes appelés cookies qui récupèrent et leur envoient ces données[[3]].

En gros, aujourd’hui, les réseaux sociaux sont des outils de communication de masse et des outils marketing certes efficaces, mais complètement détachés de l’intérêt de l’utilisateur.

Du point de vue de l’utilisateur, certains diront  que les réseaux sociaux ne servent à rien. Je ne dirais pas le contraire, et j’irais même plus loin : c’est le secret de leur succès !

Les quatre mousquetaires

C’est dans ce contexte qu’interviennent Max Salzberg, Dan Grippi, Raphael Sofaer et Ilya Zhitomirskiy, quatre étudiants de l’Institut de mathématiques de New-York. En 2010, ils lèvent 10 000 dollars de dons en 12 jours (dont un don de Zuckerberg, fondateur de Facebook) pour lancer un projet baptisé Diaspora* : il s’agit d’un logiciel libre qui a pour but de permettre à chacun de créer son propre réseau social, libre, ouvert, décentralisé et sécurisé. 

La première version sort en septembre 2010. Le principe est similaire à WordPress, avec quelques nuances : vous disposez d’un serveur web, vous installez Diaspora* dessus et vous pouvez créer votre profil. Ou bien vous créez votre profil directement sur le serveur central, qui sert également de liaison entre les différents serveurs individuels décentralisés.

Aujourd’hui, le projet est sorti en phase alpha{{4}}[[4]]Phase de développement où le programme est utilisable mais potentiellement très instable et encore en cours d’amélioration[[4]] et accessible à tous.

Ce que diaspora* apporte

Diaspora* est un Facebook sans les inconvénients. D’abord, derrière Diaspora* se trouve une fondation à but non lucratif, un peu comme Wikipédia. Vos données ne seront donc pas revendues. Ensuite, le code source est disponible et le programme est sous licence AGPL ce qui signifie que chacun peut le vérifier (pas de spywares), le modifier et l’améliorer. Pour finir, vous avez la possibilité d’héberger votre profil sur votre ordinateur ou sur votre serveur, ce qui fait que vos données sont consultables par qui vous voulez et que vous en restez propriétaire.

Pour le reste, l’interface ressemble à Google+ ou à Facebook il y a quelques années. C’est même Diaspora* qui a introduit la gestion des publications par cercles (Famille/Amis/Travail/Connaissances/Reste du monde) honteusement pompée par Google+ qu’on a encensé pour cette brillante idée.

Vous pouvez partager liens, vidéos, statuts, et photos en choisissant à chaque fois avec quel cercle vous allez les partager. D’autre part, chaque publication peut-être republiée automatiquement ou au cas par cas sur vos comptes Facebook, Twitter et Tumblr. Chaque profil génère automatiquement un flux RSS/Atom contenant les statuts en mode public, auquel les autres utilisateurs peuvent s’abonner. Sinon, Diaspora* prend en charge le même système de @mentions et #hastags que Twitter.

Comme sur Facebook, chaque utilisateur possède un profil contenant ses informations et ses dernières publications, une page d’accueil avec les mise à jour de ses réseaux, une messagerie privée avec une adresse mail @joindiaspora.com et un système de notifications qui vous prévient des événements vous concernant selon vos préférences. Chaque statut peut évidemment être commenté

Le tout est assez sobre, facile à utiliser et entièrement en Français depuis peu.

Fonctionnalités

  • Publications :
    • (Re)Publication de statuts (microblogging), photos, liens, vidéos,
    • Formatage des publications (HTML markdown)
    • #hastags et @mentions supportés,
    • Fonction « j’aime »,
    • Gestion de « qui voit quoi » avec la publication par cercles (aspects),
    • Mise à jour de Twitter, Facebook, Tumblr via Diaspora*
    • Flux Atom pour chaque profil
  • Interface :
    • Épurée : accueil (mises à jour, actualités), profil (infos et mur), messagerie privée, pages de configuration. Point.
    • Pas de publicité,
    • Simple et intuitive,
  • Sécurité :
    • Serveurs décentralisés,
    • Possibilité d’héberger soi-même son profil donc ses données,
    • Chiffrement des données transmises par GPG,
    • Pas de tracking sauvage ni d’espionnage,
  • Divers :
    • Interface mobiles/smartphone,
    • Possibilité de suivre certains #hastags (veille),
    • Programmé en Ruby, API disponible (versionné sur GitHub)
    • Interface en Ajax,
  • À venir :
    • De nombreux modules d’extension,
    • VoIP (téléphonie par internet) et tchat,
    • Anonymisation des utilisateur avec Tor.

Conclusion

Diaspora* est encore un réseau social en test, et qui n’est pas encore doté de toutes les fonctionnalités d’un Facebook ou d’un Google Plus. Mais son principe est très prometteur, le projet évolue assez vite et de nombreuses extensions sont annoncées. Il a en tout cas le mérite de réinventer le réseau social en pensant d’abord à l’utilisateur.

Il n’y a pas encore grand monde dessus, je compte sur vous pour y créer votre profil. En ce qui me concerne, dès qu’il passe en béta (phase de debbugage), je ferme mon Facebook, mon Google Plus et mon Twitter et je passe entièrement sous Diaspora*. En attendant, voici mon profil : joindiaspora.com/people/96488.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s