Affiliation : vous vendre ce que je n’achèterais pas

Chez les gourous du « devenez riche avec votre blog », l’affiliation passe pour une technique miracle et pérenne. Mais vendre du rêve, ça ne coûte pas cher…

Les arnaques sur le web sont légion, et visent en particulier les débutants. Il existe des quantités de sites ou blogs qui prétendent vous donner des conseils infaillibles pour devenir riche, quitter votre emploi peu gratifiant, partir en voyage à l’année, pour peu d’efforts.

J’en ai épluché des dizaines, du premier au dernier article, pour développer ce blog. Le résultat : à peine 5 pages de notes manuscrites. Autant vous dire que ces sites font beaucoup d’enrobage, beaucoup d’auto-congratulation, et peu de contenu.

Il est temps de leur flinguer leur business malhonnête, fondé entre autres sur le mensonge : bloguer c’est dur, gagner sa vie de cette façon, c’est possible (puisque certains y arrivent), mais si c’était aussi simple qu’ils le prétendent, 10% de la blogosphère serait millionnaire.

L’affiliation : mode d’emploi

Depuis plusieurs mois, lorsque nous publions une critique de livre, de film, ou de musique, un lien sponsorisé vers la page Amazon de l’oeuvre y est systématiquement inséré. En théorie, nous touchons 5% du prix de la vente réalisée à partir de chez nous. En pratique, pour le moment, nous n’avons toujours rien vendu.

En suivant les conseils d’Olivier Roland, j’ai donc été fureter vers d’autres produits d’affiliation, tels que les e-books. Les plateformes les plus connues sur ce marché sont 1TPE, Clickbanck, et le Club positif de Christian Godefroy. Là, vendre les produits devient beaucoup plus juteux : jusqu’à 75% de commission ! Mais…

Quand le carrosse redevient citrouille

Mais en regardant les e-books disponibles à la vente, j’ai rapidement déchanté ! Pour la plupart, ce sont des produits douteux, coûteux, axés sur l’ésotérisme, sur le développement personnel ou, comme toujours, sur comment gagner beaucoup d’argent sur internet.

Ce sont donc uniquement des contenus de qualité invérifiable aux titres pompeux (« le guide ultime de ceci », « les astuces indispensables de cela »), publiés par des anonymes. Et même en tant qu’affilié, on n’a pas accès au contenu de ces e-books. Concrètement, ça veut dire qu’on doit faire la promotion de bouquins qu’on n’a pas lu. Et bien vous savez quoi ? Je ne suis pas le Figaro littéraire !

Là où j’ai touché le fond, c’est avec le Club positif de Christian Godefroy. C.G. est un entrepreneur français, déjà âgé, parti de rien et qui serait aujourd’hui millionnaire. Une interview de lui est disponible sur Web Entrepeneur Débutant. Je le classe dans la même famille que Bernard Tapie : entrepreneur brillant, rebondissant, jamais à court d’idées, et surtout, peu encombré par la morale ou l’éthique. Pourvu que ça rapporte.

Son club, c’est un site 1.0 en html tout sale, vraiment pas pro. Ce sont des e-books et CD de développement personnel, qui mélangent coaching, contes (!), méditation, hypnose et magie. C’est un système de revente pyramidal avec des affiliés qui peuvent parrainer d’autre affiliés. C’est un ensemble de « formations » qui confine à la secte, en vous vendant ce qu’on cherche tous : le bonheur.

Pourquoi vous devez fuir !

Que vous soyez auteur de livres numériques ou blogueur à l’affût de revenus, vous devez fuir ces plateformes, car elles ruineront votre réputation.

En tant qu’auteur d’ouvrages de qualité, afficher vos productions aux côtés de manuels de magie, de formations SEO foireuses et j’en passe vous décrédibilisera forcément. Si vous tenez absolument à vendre vos e-books, faites-le ailleurs, ou mieux, passez par les bonnes vieilles maisons d’éditions !

En tant que blogueur, lorsque vous recommandez un produit, vous engagez votre réputation et votre crédibilité. Lorsque je vous pousse à acheter Le discours d’un roi, ça ne me pose aucun problème, parce que j’ai adoré ce film. Mais ces bouquins, je ne sais pas ce qu’il y a dedans, et je ne les achèterais pas, tant je me méfie de ce qu’ils peuvent contenir d’intéressant, alors je ne vais pas essayer de vous les vendre…

Conclusion

Lorsqu’on créé un blog, sa plus grande richesse, c’est sa réputation. Elle se construit au fil du temps, en publiant du contenu fiable et intéressant. À chaque fois qu’un blogueur recommande ou déconseille un produit, une méthode, n’importe quoi en fait, il engage sa réputation et sa crédibilité.

Quand Éric Dupin, du blog Presse Citron a fait la promotion (rémunérée) d’Olivier Roland, dont la réputation est très controversée chez les experts, la réaction ne s’est pas faite attendre. Après quoi, les articles de Presse Citron consacrés à O. Roland ont disparu.

De toute façon, à long terme, quand vous prenez vos lecteurs pour des pigeons, ça finit toujours par vous retomber dessus. Quand j’ai créé ce blog, au début, j’ai été vers des amis compétents pour leur proposer d’y publier. Aujourd’hui ce sont les gens qui viennent vers moi pour me demander s’ils peuvent écrire sur la Gazette. La qualité, ça paye, il n’y a pas de mystère.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s