Se protéger du moustique

Aujourd’hui, je vais vous faire partager mon expérience intersidérale des anti-moustiques, preuve, s’il en fallait une, qu’on écrit vraiment n’importe quoi sur ce blog.

le moustique sur votre peau

[toc levels=3 title= »Sommaire »]

Il est tout juste minuit, et vous rejoignez seulement vos quartiers après avoir trop longtemps abusé de la douceur de cette merveilleuse soirée d’été. Et, alors que vous vous apprêtiez à rejoindre Morphée, et que vous glissiez paisiblement dans un sommeil que vous savez déjà trop court, un bruit met vos sens en alerte : le très léger bourdonnement du moustique, néanmoins assez fort et aigu pour être agaçant.

Une heure plus tard, celui-ci se fait toujours entendre par intermittence, et l’authentique vase Ming (même qu’il y a écrit made in PRC dessus) qui trônait sur un guéridon, a été réduit en miettes par vos vains efforts pour exploser l’insecte. Haletant, dégoulinant de sueur et complètement crevé, vous décidez alors de sacrifier votre intégrité physique pour préserver le peu qu’il reste de votre nuit.

Pourquoi en a-t-il après moi ?

La bonne question serait plutôt : «  Pourquoi en a-t-elle après moi ? ». En effet, seule la femelle est responsable de vos démangeaisons du lendemain, car le mâle n’est pas hématophage. De toute façon, ça doit vous faire une belle jambe, puisque, même si votre orientation sexuelle y était favorable, vous n’aimez pas voir la dame vous tourner autour.

Mais, si madame en a après vous, c’est juste parce que votre sang contient les protéines nécessaires à la maturation de sa progéniture, qui, à son tour, pourra venir égayer agréablement vos nuits. Donc la femelle moustique ne se nourrit pas de votre sang, seuls ses œufs ont le privilège de se repaître de votre fluide vital. Son alimentation, tout comme celle du mâle, est seulement constituée de nectar, ce qui fait du moustique un insecte pollinisateur (ET chiant).

Famille nombreuse

Chaque repas de sang permet à la femelle de pondre entre 100 et 200 œufs environ, ce qu’elle fait tous les trois à quatre jours. La durée de vie d’un moustique oscillant entre quatre semaines et plusieurs mois, on peut donc estimer qu’au minimum un millier d’œufs (quasi indestructibles, sinon c’est moins drôle) seront pondus au cours de cette période, soit environ dix repas de sang par individu, toujours à minima. Et comme la nature est bien faite, cette charmante bestiole ailée n’a besoin de s’accoupler qu’une seule fois, stockant ensuite les gamètes mâles dans des spermathèques, ce qui assure une fécondation à la demande…

J’aurais pas dû laisser les lampes allumées !

En fait, ça n’aurait pas changé grand chose. La lumière attire certes beaucoup d’insectes, mais les moustiques ne semblent pas y être sensibles.

Pour chasser, la femelle se base avant tout sur son odorat, pour repérer en premier lieu le CO2 que nous émettons en respirant et en transpirant.

Ensuite, elle repère la chaleur dégagée par notre corps.

Enfin, elle est sensible aux odeurs du sébum (présent sur la peau), de l’acide lactique et de l’ammoniaque (présents dans la sueur) ainsi qu’à d’autres odeurs (un peu plus de 300 ont été recensées) émises par notre peau, par notre parfum favori ou par notre crème solaire.

Bref le moustique repère avant tout les signes qui lui indiquent qu’un être vivant est dans le coin, et, pour les variétés anthropophiles, qu’il s’agit bien d’un être humain.

À ce propos, le fait que ces charmants insectes soient attirés par les gens ayant un sang « sucré » relève de la légende urbaine.

Éviter la piqûre

Pour ce faire, on distingue trois types de techniques : primo ne pas attirer la bête, secundo la repousser, ou bien tertio, l’annihiler.

Pour ne pas attirer le moustique, certains vous recommanderont d’un ton très docte de boire du vinaigre ou de ne plus ingérer de bière ni de fromage, car cela modifierait sensiblement l’odeur de votre peau. C’est peut-être le cas, mais, mis à part vous faire passer pour un idiot (Mmmmh la bonne cuillère de vinaigre !), ça ne changera pas grand chose puisque vous vous trahirez toujours en respirant.

Les vapeurs d’alcool et certains cosmétiques, dont votre crème solaire, votre gel douche ou votre déodorant, semblent attirer le moustique, donc même si vous prenez une douche toute les trente minutes pour éviter que votre transpiration ne vous fasse repérer, ça ne s’avérera pas d’une efficacité fulgurante.

Vous pouvez aussi essayer de climatiser votre logement pour refroidir les ardeurs de madame moustique, mais pour un succès complet, mettez votre ventilateur sur la position « pneumonie assurée ».

Bref la seule solution à peu près correcte est de se protéger avec des vêtements couvrants, resserrés aux chevilles et aux poignets et qui soient de couleur claire (les teintes foncées emmagasinant la chaleur), mais bon, le niqab crème en plein été, ce n’est pas forcément évident, surtout par les temps qui courent.

Repousser les ardeurs de ces dames

Les répulsifs semblent donc plus efficaces et surtout moins contraignants. Ces produits ont pour mission de brouiller l’odorat du moustique, leurs principes actifs venant se fixer sur les récepteurs qui leur servent à repérer le CO2 ou l’acide lactique par exemple.

Pour les tissus

Il existe ceux que vous pouvez mettre sur vos vêtements, ou sur votre moustiquaire pour en renforcer l’efficacité (à noter que la moustiquaire est l’un des moyens de défense le plus efficace et le moins nocif pour votre santé !). Précisions très importante : ces produits puent la mort, vous arrachent les muqueuses et vous brûlent les yeux. La pièce dans laquelle vous enduirez votre niqab de ces répulsifs risque d’être inutilisable pendant une bonne demi-heure donc faites ça de préférence dehors.

Sinon, les vêtements réagissent en général plutôt bien à ces produits, mais faites le test tout d’abord sur une partie cachée de vos vêtements (le revers de votre niqab), pour éviter, comme moi, de les pourrir. À titre d’exemple, j’ai un pantalon beige qui, depuis un an maintenant, affiche des auréoles dégueulasses et conserve la même senteur funèbre. Mais c’est le seul désagrément que j’ai eu avec ce produit de la marque Parazeet, même si son odeur ne disparaît totalement qu’au bout de trois mois.

Pour la peau

L’autre type de répulsifs que vous pouvez utiliser sont ceux qui s’appliquent sur la peau.

Le principe de fonctionnement reste le même, et là encore ne respirez pas trop fort lorsque vous vous en enduisez, car vos voies aériennes risquent de souffrir, et protégez-vous les yeux.

N’en mettez pas en même temps que votre crème solaire, ils perdraient tous deux en efficacité. Quoiqu’il soit inscrit sur l’étiquette ne comptez pas sur une durée de protection de plus de 4 heures, la plupart des produits n’en offrant pas une qui excède une heure et demie ! De plus, transpirer, ce qui arrive parfois en été, fait encore baisser leur efficacité.

Néanmoins, le répulsif que j’avais utilisé pour partir en Thaïlande : Parazeet enfant zones tropicales peaux sensibles (qui protège pendant 2 heures), précisait qu’il ne fallait pas s’en appliquer plus de trois fois par jour…

Des produits toxiques.

En effet les substances actives présentes dans ces répulsifs sont loin d’être anodines, de rares cas d’intoxication ont même été recensées. Ceux qu’on peut trouver sont en majorité le DEET et l’IR 3535.

Le DEET, le N,N-diéthyl-3-méthylbenzamide pour les intimes, est la molécule la plus efficace, mais aussi la plus dangereuse. Mise au point par l’armée américaine et utilisée pour la première fois lors de la guerre du Vietnam, elle est allergène et peut causer des irritations de la peau et des yeux, et est déconseillée aux enfants et aux femmes enceintes. De plus, elle présenterait des risques pour notre système nerveux, et pour couronner le tout, elle attaque les plastiques !

L’IR 3535, molécule moins nocive que le DEET, a été mise au point aux États-Unis, dans les années 70, a une efficacité variable selon la formulation du produit qui l’utilise. Elle présente néanmoins des risques à fortes concentrations.

Les plus efficaces.

anti-moustique en sprayInsect Ecran zones infestées, avec ses 50% de DEET est d’après le magazine Que Choisir, le meilleur choix de répulsif. Il ne convient néanmoins pas aux enfants ni aux femmes enceintes, et est à réserver aux zones à risques. Il est à noter que le Canada interdit les produits contenant plus de 30% de DEET, estimant que cela n’améliore que leur durée de protection et non leur efficacité.

anti-moustique peau sensiblesLes produits de la gamme Parazeet, que j’ai testé en Thaïlande et que j’ai mentionné plus haut. Parazeet enfant zones tropicales peaux sensibles utilise comme principe actif l’IR 3535 à hauteur de 20%, ce qui théoriquement le rend utilisable pour les enfants, néanmoins sa durée de protection étant de deux heures, il faut renouveler régulièrement l’application, et sans risque sanitaire pour le justifier, cela n’a donc pas grand intérêt. Ce produit est également recommandé par le magazine Que Choisir.

Revenons au naturel !

Pourquoi chercher à se flinguer la santé avec des molécules de synthèse alors que la citronnelle, le lavandin ou le géranium existent ? Eh bien, parce que ces plantes et les produits que l’on en fait (huiles essentielles ou répulsifs à proprement parler) et que l’on voudrait insupportables au nez des moustiques, ne fonctionnent tout simplement pas ! Déjà en France, leur pouvoir est nul, mais j’ai eu l’occasion de le mettre à l’épreuve en Suède, où pullulent quantité de ces insectes, et là, rien, mais vraiment que dalle ! Qu’il fasse jour ou nuit, les bestioles festoyaient joyeusement sans se soucier plus que ça que nous puions tous la citronnelle.

De plus ces produits peuvent se révéler allergènes, et leur utilisation sur la peau est contre-indiquée avec une exposition au soleil.

De même, les bougies ou autres bracelets à la citronnelle sont quasi inefficaces, et assez onéreux.

Dans la série des fails, on peut citer le répulsif à ultra-sons, qui, toujours d’après Que Choisir, réussit l’exploit de n’être absolument d’aucun secours. Pire encore, certaines fréquences émises peuvent faire penser à la femelle moustique que l’un de ses courtisans bat de l’aile pour l’attirer, et ainsi accourir !

En revanche, un petit conseil, si vous faites du camping dans un endroit infesté de suceurs de sang, faites un feu. Si celui-ci est assez important, il empêchera les moustiques de s’approcher, non qu’ils le craignent, mais les mouvements d’air chaud les catapulteront dans les airs sans qu’ils puissent vous approcher.

Les insecticides

Dernière technique de protection, zigouiller l’envahisseur. Vous pouvez pour cela dresser une chauve-souris d’attaque. Ou, si vous voulez priver ces pauvres mammifères de nourriture et contribuer à leur déclin (vous vous sentez coupable, hein ?), préférez leur les bombes aérosols, qui pour la plupart se révèlent aussi d’une efficacité redoutable sur les moustiques entrain de voler, comme pour ceux qui se planquent dans les recoins d’une pièce. Les diffuseurs ou autre spirales n’ont, pour certains, rien à leur envier en ce qui concerne le premier point, mais pour ce qui est des moustiques immobiles (qui peuvent se trouver derrière une armoire ou un rideau), ils ne peuvent rivaliser avec.

anti-moustique en sprayanti-moustiqueSi c’est moins gênant pour les spirales qui peuvent être utilisées à l’extérieur (c’est d’ailleurs seulement dehors que je vous conseille de les utiliser), ça le devient pour les diffuseurs. On pourrait certes imaginer les faire fonctionner en continu, mais inhaler en permanence un insecticide présente un risque bien trop grand pour la santé, donc je recommande plutôt les aérosols (qui, de plus ne nécessitent pas de prise électrique, un avantage lorsqu’on voyage).

Dangers

Vous vous en doutez, si un insecticide rétame 100% des moustiques qui vous tournent autour, c’est que ce qu’il contient n’est pas forcément super pour votre santé.

Tous ces produits utilisent des substances actives de la famille des pyréthrinoïdes, sortes de pyrèthres (molécules présentes naturellement dans la fleur de chrysanthème) synthétiques. Ils sont nocifs par inhalation et toxiques pour l’environnement (surtout pour les abeilles et les poissons). Aussi ne laissez pas un diffuseur branché plus d’une heure par jour (n’utilisez pas de diffuseur, c’est même mieux), et quittez la pièce, où vous venez de pulvériser votre nuage de substances chimiques et délétères, pendant un bon quart d’heure.

Du bon sens !

Nous l’avons vu, les répulsifs sont contraignants à utiliser : s’en mettre régulièrement, toutes les heures pour certains, ne pas utiliser de crème solaire dans le même temps, ils occasionnent des gênes lors de l’application (odeur désagréable, irritations passagères des muqueuses et des yeux) et les plus efficaces représentent un réel danger pour la santé.

Les insecticides quant à eux sont encore plus dangereux, pour vous et pour l’environnement, et ils ne font pas non-plus un carton plein (sur les moustiques immobiles notamment).

Et comme une protection vraiment efficace, il faut donc utiliser à la fois des répulsifs, un insecticide, des vêtements couvrants et une moustiquaire, il apparaît alors stupide de les utiliser dans des zones où le risque sanitaire est nul (en France métropolitaine par exemple), ou, là où les moustiques ne sont ni véritablement agressifs, ni vraiment envahissants. Résignez-vous donc à vous faire piquer à la maison, plutôt que de nuire à votre santé, celle de vos enfants et de votre poisson rouge.

De l’horrible danger de la piqûre

Le moustique est l’un des principaux vecteurs de maladies dans le monde. Parmi les joyeusetés qu’il peut vous transmettre on peut trouver : le paludisme (ou malaria) qui a fait 780 000 morts en 2009, la dengue, le chikungunya (dont on se souvient de l’épidémie à La Réunion en 2005/2006), la fièvre jaune, ou encore la fièvre du Nil.

carte des épidémies dues aux moustiquesLa France métropolitaine ne fait pas partie des zones à risques sanitaires, donc, à moins que votre voisin n’ait eu la désagréable idée de ramener un souvenir impérissable de son dernier voyage au Mexique, le moustique ne représente pas une menace pour vous.

Bon, d’accord, si vraiment vous avez offensé le Seigneur Tout-Puissant et que vous n’avez pas de chance, vous pouvez risquer le choc anaphylactique. En effet, pendant la piqûre, la femelle injecte sa salive anti-coagulante, qui lui permet de finir son repas en toute tranquillité, avec du sang qui reste liquide. Cette substance étant un anti-gène, elle va provoquer une réaction allergique inflammatoire. Chez certains, elle sera presque inexistante (d’où le : « Moi j’me fais jamais piquer ! »), pour la majorité, un bouton va apparaître ainsi que des démangeaisons, et pour d’autre elle sera plus violent, allant dans de très très rares cas jusqu’au choc anaphylactique.

Aussi, sous nos latitudes, le calcul bénéfice/risque penche très rapidement en faveur de l’abandon de ces produits.

Cependant, pour avoir été en Laponie, là où les moustiques sévissent en été, je sais à quel point il est plus confortable de se prémunir de leur voracité, car celle-ci devient vite pénible ET défigurante, même si elle ne présente pas de risque majeur pour votre santé.

Si vous ne campez pas à côté d’un marais français, ou pire, thaïlandais, inutile donc de vous ruiner dans un arsenal anti-moustique.

Bien sûr, si vos prochaines vacances vous emmènent vers quelque destination exotique où chaque piqûre peut représenter un risque, prenez toutes les précautions nécessaires (utilisez toute l’armada sus-décrite), et renseignez-vous sur les traitements préventifs à prendre (type traitements anti-palu).

Publicités

13 réflexions sur “ Se protéger du moustique ”

  1. Quelles sales bêtes. Pour avoir tout testé, la citronnelle à même la peau est efficace, ainsi que les ultra sons: j avais plein de moustiques morts autour de mon PC les matins. Mais bon , faut laisser tourner le PC toute la nuit. L’appli iPhone Mosquito marche moins bien.

    J'aime

    1. Oui mais la citronnelle à même la peau est irritante, allergène et rend celle-ci plus photosensible. Quand aux ultra-sons, j’ai du mal à voir comment ils pourraient tuer la moindre petite bêbête puisque les mâles attirent la femelle au moyens d’ultra-sons et que sur certaines fréquences ces-derniers sont censé la repousser. Mais peut-être ton ordi attirait-il les insectes en fin de vie 😀

      J'aime

  2. Bonjour !
    merci de partager votre expérience; cela m’est bien utile cette année! je ne peux mettre un pied dehors sans être la proie de ces vampires et j’ai pourtant de la taille, de la tonte et des plantations qui m’attendent! Je veux bien partager mon sang mais je ne supporte pas les démangeaisons et les boursoufflures qui s’ensuivent! Aujourd’hui j’ai essayé le total camouflage-combinaison de travail, gants , chaussures couvertes et bracelet prétendument répulsif……pas vraiment la tenue de plein air par cette chaleur! adieu bronzage éventuel!!! et ils-elles-ont trouvé le moyen de me bourdonner aux oreilles-voire de les attaquer- et ont réussi à se faufiler(j’ai les chevilles atteintes!)! Alors maintenant je sollicite de votre expérience és-moustiques, des « trucs », des remèdes,des miracles pour me soulager de mes gratouilles et oedèmes pour le moins disgracieux!!!!Merci d’avance!

    J'aime

  3. il faut vivre sous l’eau, mais c’est très contraignant et dangereux très rapidement à cause du manque d’air….
    en attendant, victime moi aussi, je compatis sincèrement à tous vos « grattages ».
    courage

    J'aime

  4. Bonjour,
    Merci pour tous les trucs anti-moustiques et toutes les explications ,pour ma part je me lance dès demain dans l’élevage de chauve-souris c’est sûrement plus naturel que tous ces produits chimiques ….à un détail près : je ne sais pas si ça va plaire à ma femme…

    J'aime

  5. Je ne me fais jamais piquer… Je suis porteur-sain de la drépanocytose. Pour ne pas avoir de moustique, je ferme les fenêtres avant le coucher du soleil. J’ai appris ça de mon père. Le soir, les fenêtres sont fermées et zéro moustique!

    J'aime

    1. Euh… évidemment, en vivant fenêtre fermées et sans sortir de chez soi, pas de moustique à l’horizon…

      Mais ça n’est pas toujours possible, notamment quand la température est trop haute dans la chambre pour pouvoir dormir confortablement.

      J'aime

  6. Exposé intéressant !
    Bon moi je tombe dessus parce que là où j’habite, hé bien il y a de plus en plus de moustiques. Pourtant je suis en ville mais cet été, j’ignore pourquoi, je constate une recrudescence. Vu la chaleur, impossible de laisser les fenêtres fermées…
    Les années précédentes, il y avait toujours un ou deux moustiques par soirée qui venait me taquiner mais là ça c’est plus du 5,6,7.

    M’enfin bon ça n’est pas tant le problème. Ce qui est gênant, c’est que les produits de type diffuseur semblent être de moins en moins efficaces.
    Il y a 5/6 ans j’avais acheté un diffuseur classique et celui-ci était tellement fort que je laissait les fenêtres bien ouverte et je le mettais dans le salon. Il me protégeait parfaitement jusque dans ma chambre.
    Mais aujourd’hui, hé bien même dans ma chambre ça ne fonctionne plus vraiment.
    J’ai acheté courant juin un diffuseur de marque Carrefour et bien qu’ayant une date de fabrication de cette année, celui-ci s’est avéré inefficace. Les moustiques se posait juste à côté sans que ça ne les perturbent vraiment. Peut-être que ça finissait par les atteindre mais ça devait prendre un certain temps….
    Du coup j’ai racheté un autre diffuseur d’une vraie marque et je dois dire que ça n’est pas du tout aussi efficace qu’il y a quelques années. C’est aussi moins fort, en tout cas au niveau de l’odeur.

    Donc de fait, la question que je me pose est de savoir si comme moi d’autres constatent la même baisse d’efficacité des diffuseurs ?
    Au-delà de mon constat personnel, il ne semblerait pas très étonnant que l’on ait de plus en plus de mal à se prémunir de ces bestioles, sachant qu’elles ont a priori des capacités d’adaptation élevées.

    Pour me rendre compte par moi-même, j’ai aussi fait un test avec de l’encens, à la citronnelle et au géranium… Bon, pas vraiment de surprise, ça ne sert à rien et puis de toute manière ça se dissipe assez vite.

    Le coup des ultrasons de Philae m’a quand même bien fait marré ^^ Purée ça se saurait s’il suffisait de ça pour les zigouiller…

    Par contre, qu’il y ait des personnes qui se fassent piquées, sans que ça ne leur provoque de véritable réaction et donc qu’ils disent qu’ils ne se font que rarement piqués, ça ça m’étonne un peu quand même… Les personnes poilues par contre, ont moins de chance de se faire piquées, c’est assez logique me semble-t-il…

    D’autre part, il n’en est pas fait mention ici mais pour ceux qui se poseraient la question, les lampes bleues qui peuvent fonctionner pour attirer et tuer certains insectes volants, ne sont pas efficace pour les moustiques. C’est ce que j’ai pu lire sur Wikipédia je crois… Dommage.

    Les moustiquaires…mouais, personnellement, je trouve que ça coupe un peu trop l’air et quand il fait vraiment très chaud et sans un brin d’air, ça m’étouffe !! si si ! Bon et puis perso j’ai uniquement des portes-fenêtre alors ce serait moyen…

    Donc, voilà, moi aussi j’ai envie de faire un élevage de chauves-souris ^^ ce serait rigolo mais un peu gênant je pense, surtout à l’intérieur :-D.

    Sinon, je ne vois qu’une seule autre solution, un système automatique à visée nocturne capable de repérer et détruire d’un coup de laser suffisamment puissant toute forme d’insecte indésirable ! Bon ça doit être faisable de nos jours quand même ! 😀

    Ah oui, dernière chose, quand je me fais piqué et que je m’en rend compte assez rapidement, je mets de suite un peu d’acool sur la piqure et je me retiens de me gratter. Mon constat personnel est que très rapidement ça ne me démange plus et la piqure disparait en peu de temps. J’utilise de l’alcool modifié à 70° avec un coton tige en général ou même du parfum, que j’applique pendant 20 à 30 secondes. Bon, je ne sais pas si l’efficacité est réelle ou si c’est parce que finalement j’y suis beaucoup moins sensible qu’avant mais de fait, je serais curieux de savoir ce qu’il en est selon vous. Un médecin m’avait indiqué ça si je me souviens bien mais pour d’autres piqures que celles des moustiques.

    J'aime

    1. Sinon il reste les méthodes appliquées par nos amis Allemands et Québecois : mettre des moustiquaires coulissantes devant les fenêtres. Ainsi, on peut ouvrir toutes les fenêtres, faire des courants d’air, etc. en empêchant toute la gent volante de taper l’incruste. Je suis étonné que ça ne se fasse pas du tout chez nous, ce type de dispositif…

      J'aime

  7. J’ai essayé de laisser mes flacons d’huile essentielle de citronnelle et d’eucalyptus citronné ouverts sur ma table de chevet : zéro résultat. Fermer les fenêtres et partir à la chasse … il existe des raquettes électrifiantes très efficaces pour les choper.

    J'aime

  8. Après plusieurs essais et test, le mieux c’est de cumulé les boucliers de protection.
    Petite précision je suis un aimant à moustique, les personnes autour de moi ne risque rien car ils sont tous pour moi … cadeau de la nature je les attire inexorablement … et comble du bonheur je suis allergique aux piqures d’insectes … les piqures de moustiques étant moins agressives que celles de taons ou de guêpes bien sûr mais elles me laissent de sublimes marques et gonflement …
    1)D’abord les insecticides qui se diffuse dans les prises de courant … bof pas très efficace … tjs bouffé …
    2) la bombe insecticide, pas mal diminution du nombre de piqures sans arrêté mais plutôt pas mal par contre ça pue et laisse une odeur horrible
    3) les ultra sons —-> très efficace pour moi très importante diminution des piqures mais avec un appareil spéciale bricolé et réglé par un ami. Les applis iphone et autre sans aucuns effets.
    4) les lampes bleues anti insectes, pas mal mais zigouille tout, attire tout et fait de la lumière … soit dit en passant SI la lumière attire les moustiques rien qu’à voir ceux qui se balade autour si on laisse allumée …
    5) l’inscticide spéciale vêtement très efficace sur les rideaux nirak niark pour les empêché d’entrer …

    En conclusion le plus efficace et de combiner les techniques … un ptit coup de bombe, un ptit ultrason et un ptit coup sur les rideaux et gaffe aux lumières… et là je survie !!!

    J'aime

  9. bon ben comme je vois après avoir lu tous vos commentaires, je peux déjà et encore me préparer à me faire bouffer le mois prochain en Camargue, comme je me suis faite bouffer il y a 15 jours en Pologne… Je ne sais pas si ce sont les memes bestioles dans les 2 cas mais je peux vous garantir que je ne peux m’empecher de me gratter au sang…

    J'aime

  10. ça fait « plaisir » de constater qu’on n’est pas unique avec ses problèmes… de moustiques ! bon, je suis aussi en général la seule à ma faire piquer au milieu d’une assemblée, les piqûres me provoquent d’énormes et interminables boursoufflures, parfois j’en garde la trace pendant un an, mais en plus, de nature très « allergique » je réagis aussi à bon nombre de répulsifs par des éruptions cutanée !!! ces produits restant mes seuls moyens de lutter car je me fais piquer à TOUT moment, à TOUT endroit, je reste toujours malgré tout à la recherche du plus efficace et moins allergisant (j’ai même testé des répulsifs spéciaux pour bébé : grosses rougeurs !!!). enfin, cette année nous sommes partis en vacances aux USA et j’ai acheté là-bas un produit (efficacité moyenne) qui ne me donne pas de boutons !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s