Propagande militariste : 10 mois après

Cela fait quelques temps que je me fais écharper sur un article mineur qui a commencé à susciter des réactions plus de 6 mois après sa rédaction : Propagande militariste de base. Il me semble nécessaire de revenir sur certains points, et d’en développer d’autres.

CC Flickr — Dunechaser

Les commentaires

Les commentaires ont été presque tous postés par des militaires ou des proches de militaires. Déjà, ça limite le public. Ensuite, il se trouve qu’ils sont souvent bourrés de fautes d’orthographe, quand ce ne sont pas des fautes de syntaxe et de grammaire. On en tirera les conclusions qu’on voudra.

D’autre part j’ai essuyé pas mal d’attaques ad hominem, car il est vrai qu’il est toujours plus simple de décrédibiliser l’orateur que son discours. Bref, on va essayer de ne pas tenir compte de ces critiques débiles.

Je crois que le premier commentaire intelligent a été posté aujourd’hui, c’est la raison pour laquelle je prends la peine d’écrire ceci.

L’article

Alors, qu’ai-je voulu dire dans cet article ?

Tout d’abord, je me suis fait plaisir sur les militaires, parce que cette espèce me répugne et ça, je ne m’en suis pas caché. Ça ne m’empêche pas d’avoir de bons copains militaires, qui connaissent mes opinions, et avec lesquels je me dispute de temps en temps, en toute amitié. Enfin, je l’espère. Tous ne sont évidemment pas à mettre dans le même sac.

Je me suis lâché suite à la « Semaine de l’appréciation des militaires », où j’ai vu sur Facebook des statuts on ne peut plus hypocrites. En effet, voir des planqués qui jouent aux héros, voir des flingueurs qui prétendent « sauver des vies », voir une armée aux effectifs inutilement lourds même pas fichue d’entretenir son matériel, ça m’agace. Mais je vais y revenir.

Ensuite, j’ai descendu cette discipline que je juge malsaine, mais qui paraît si rassurante et confortable à certains. Vous m’excuserez, mais marcher en rang au son du tambour, je ne crois pas que ce soit une preuve d’intelligence.

Enfin, je suis allé à l’encontre du mythe du héros qui, par altruisme, quitte sa famille pour allez se battre pour des gens qui ne le remercieront même pas. Parce que, désolé, mais faire des gosses et se barrer à l’autre bout du monde, ça peut aussi être considéré comme de l’égoïsme si l’on prend la peine de sortir du cliché véhiculé, entre autres, par les films d’action.

Mon ego

Tout ça sent diablement l’affect et « l’ego blessé » diront (ont dit) certains. Je ne vois pas en quoi mon ego pourrait être blessé, mais bon… Je me suis souvent demandé comment je pourrais au mieux combattre pour mon pays, si le besoin s’en faisait sentir. Aller crever en première ligne, pourquoi pas ? Il m’est arrivé deux fois de passer assez près de la mort, après tout l’adrénaline, ça n’est pas désagréable, passer l’arme à gauche ne m’effraie pas vraiment, et il se trouvera peu de gens pour me regretter.

Mais le courage brut, je ne pense pas que ce soit la chose la plus intelligente à faire. Du moins quand on a quelques compétences techniques et scientifiques. En effet, une fois qu’on s’est fait buter, on a donné quoi à notre camp ? On a plus à offrir en restant vivant qu’en prenant une balle. À titre d’exemple, comme on l’a vu dans les deux guerres mondiales, l’arrière combat autant que le front. Parce que les rations et les munitions des combattants, il faut bien du monde pour les préparer. De même que le matériel et les plans de bataille. De même que toute l’économie qui permet d’entretenir une armée, en fait.

Les « héros »

L’héroïsme du combattant est donc une chose à relativiser. D’autant plus quand il n’est qu’un prétexte pour libérer les mauvais instincts et la violence naturelle des hommes, qui se sont toujours montrés beaucoup plus doués pour détruire (vies et biens) que pour construire.

Du reste, j’en ai assez d’entendre que les militaires sauvent des vies. Ok, ils protègent une population ou un groupe d’hommes dans un conflit ou une évacuation tendue, mais pour ça ils flinguent ceux qui se trouvent en face. Les balles et les fusils, ça ne sert pas précisément à sauver de vies. Alors on va me dire qu’ils protègent les gentils en flinguant les méchants, donc il n’y a pas de mal. Mais ce serait beau si les rôles étaient aussi clairement définis, le bien et le mal, c’est si relatif et si dépendant du sens du vent…

Les autres

Comme l’a dit Lucas dans son commentaire, tous les militaires ne sont pas combattants. Comme le disait je ne sais plus quel général, derrière un combattant, il y a deux logisticiens. Plus les techniciens etc. Mais en additionnant tout le monde, je crois qu’on est encore loin des effectifs actuels. Ça veut dire que le différentiel est constitué de planqués ? Je pose la question, mais en fait je connais la réponse.

La défense nationale

L’armée est censée être l’acteur de la défense nationale. Qu’est-ce qui nous menace actuellement ? Le terrorisme. Qui combat le terrorisme ? Les services secrets. Les forces spéciales, à la limite. À quoi servent les autres ? Ah ouais, à faire les zouaves en Libye, en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, ou lorsqu’il y a des inondations ou des incendies. Ok.

Non mais qu’est-ce qu’on part foutre là-bas ? Quand des spécialistes disent que pour gagner la guerre d’Afghanistan, il faut gagner les estomacs, et qu’on voit que depuis 10 ans, on n’a pas avancé d’un iota, on se dit que la solution n’était peut-être pas militaire, ou alors on est fondamentalement con…

Et quand bien même, de quel droit on s’immisce dans les affaires des autres ? D’où vient notre légitimité à faire ingérence ? Même si nous jugeons que leur régime n’est pas démocratique, est-ce que cela nous donne le droit d’imposer la démocratie, c’est-à-dire notre modèle, aux autres ? Tous les États aujourd’hui démocratiques le sont parce que leur population s’est révoltée et a conquis sa liberté par les armes. Pas parce qu’un tiers a imposé (par altruisme hein, pas par paternalisme, cela s’entend) sa vision des choses à ce pauvre petit peuple opprimé.

Dès qu’on sera parti d’Afghanistan, tout redeviendra comme avant. Parce que Hamid Karzaï n’est pas moins corrompu et malfaisant qu’un autre. Parce que la population afghane n’est pas assez hostile aux Talibans. Mais la guerre arrange bien les marchands d’armes. Et on n’a plus de sous nulle part, mais quand il s’agit de cramer du kérosène et des munitions, en Afghanistan mais aussi en Libye, là le pognon, on le trouve. Pour information, un Rafale, c’est 39000€ l’heure de vol… Multiplié par 290 avions, on en paye des retraites, on en forme des futurs citoyens. Enfin ça ne fait rien, pour ceux qui n’auront pas le bac, ou que le bac (parce que ça revient au même), il leur restera l’armée. Au moins, on ne leur demandera pas de savoir réfléchir.

Et puis, ceux qui ont trouvé Ben Laden, ce ne sont pas les bidasses qu’on envoie au casse-pipe. Ce sont les services secrets. Ce qui confirme bien qu’on a besoin d’eux en priorité, mais pas autant des plantons.

Sans compter qu’en supprimant les parasites qui ne sortent jamais de leur caserne, en mutualisant les moyens et en créant cette foutue armée européenne dont on ne fait que parler depuis bien trop longtemps, on diminuerait les dépenses de défense, et on augmenterait notre efficacité. Et on éviterait peut-être tous ces Leclerc rouillés qui finissent en réserve de pièces détachées ou en cible d’entraînement, tous ces hélicoptères qui ne peuvent pas décoller faute d’entretien, et ces sous-marins lanceurs d’engins qui passent plus de temps en cale sèche pour réparation qu’à sillonner les eaux internationales.

On éviterait aussi ces militaires démoralisés qui quittent l’armée pour le privé parce que faire son boulot, quand on l’a un peu à coeur, dans ces conditions, ça va 5 minutes.

Voilà ce qu’est l’armée française. Voilà ce dont, en tant que citoyen français, j’ai honte. Voilà pourquoi je pique ma gueulante. Et quand les sous-officiers recruteurs vous vendent l’armée comme une colonie de vacances pour grands, quand les copains polytechniciens ou qui ont connu le service militaire vous racontent leur « préparation militaire », quand d’anciens officiers d’active vous racontent que « l’armée c’est bien, sauf quand il y a la guerre », là on touche le fond.

En fait de défense

Et on oublie que l’Irak, c’est peut-être la guerre des États Unis, mais c’est surtout l’échec de Bush. La capture de Ben Laden, c’est la victoire d’Obama. La Libye, c’est la générosité de Sarkozy. Et la France ? Et les États Unis ? Ils en tirent quoi, à part des dépenses ? Si encore on en avait les moyens, ça ne poserait pas de problème, mais j’ai l’impression qu’on est un peu serré au niveau de la ceinture, en ce moment…

La guerre, c’est plus pour les dirigeants que pour les peuples : une façon d’asseoir leur stature internationale, de laisser leur empreinte dans l’histoire. L’Histoire est écrite par les vainqueurs, depuis des petits bureaux feutrés, avec le sang des hommes. Avec le sang des autres, si possible. Là-dedans, les soldats sont juste des outils remplaçables. Quelqu’un a dit négligeables ?

Publicités

4 réflexions sur « Propagande militariste : 10 mois après »

  1. Pour commencer, je trouve tes connaissances dans le domaines très pousser. Au moins un qui sait de quoi il parle et qui ne balance pas des critiques à la volée.

    Je vais essayer de procéder par chronologie, tout d’abord désolé si tu trouve plein de fautes de français. Je n’ai jamais été doué pour écrire, bien que j’essaye toujours de m’appliquer.

    Pour ma part je suis marin, dans les fameux sous-marins qui date des années 80. J’ai répondu à ton article sur la « Semaine de l’appréciation des militaires ». Je te rejoins sur le fait que beaucoup de militaire sont très… Militaire. Maintenant que faut-il pour être un militaire ?
    Et bien plus grand choses en effet. Pour ma part j’ai un BTS dans l’informatique, et je suis patriote mais sans plus. Je trouve notre gouvernement pourris au plus haut point. Donc c’est regrettable à dire mais je me suis engager pour me faire de l’argent tant que je le peux.

    Le militaire je ne le vois plus comme avant, un héros ? Non, loin de là. On va là où on nous dis d’aller sans moyen de refuser, c’est sur. Mais c’est l’inconvénient, on est utilisé, mais une nation sans « défense » est tout simplement à la merci de toutes attaques diverses et variés.

    Je suis complétement d’accord avec toi sur le fait d’aller en Libye ou en Afghanistan, Ce sont des dépenses dans le vent.
    Mon métier de marin je ne le vois pas là. Pour ma part de participe à la dissuasion avec l’arme nucléaire, mais pas que ! Le plus important de mon point de vue est la sécurité maritime (piraterie, narco-trafique, immigration illégale).

    Les dépenses faites en Libye sont faramineuses ! Je parle de la Libye parce que cela touche principalement la marine. Et je doute que cela sert à quelques choses. Cela ne nous touche en quels points ? J’ai des amis qui sont là-bas, on en parle pas mais ce n’est pas une croisière, mais j’ai l’impression que leurs « combats » ne sert à rien.

    Bref, pour finir mon commentaire est un peu (beaucoup ?) décousu, mais j’ai dis ce que je pensais. Et j’aimerai souligner le point sur les planqués, moi-même je me demande ce que certain font… Des postes fantômes ? Il y’a aussi les entreprises civiles dont je tairais le nom qui se gavent !

    J'aime

    1. Ravi de voir que tu partages mon point de vue ! D’habitude, ça finit en querelle pro ou anti-militariste, alors qu’il s’agit simplement de pointer les hérésies et les incohérences.

      Mais avec un peu de recul, ce qu’on dit de l’armée peut en gros s’appliquer à toutes les administrations, à l’heure actuelle : gestion calamiteuse, énergie dispersée et argent dilapidé. Et troupes démoralisées…

      On vit une époque formidable…

      J'aime

  2. Bonjour.

    Ancien militaire (30 ans de service), j’aimerais contribuer à ce débat. En fait, c’est surtout aux premiers intervenants que je voudrais m’adresser. Notre hôte (civil) et Nicolas (militaire) ne sont pas antimilitaristes primaires mais certaines choses les choquent. Quoi de plus normal ?
    Relever les incohérences du système n’est pas de l’insubordination.

    Ceux qui évoluent dans la sphère militaire savent que de nombreux militaires se fournissent dans le civil ou les PX étrangers pour avoir un équipement correct. Est-ce normal ?
    Les dépenses de fonctionnement sont fortement diminués, laissant notre matériel hors-d’usage ou limitant les entraînements. Est-ce normal ?
    Les effectifs diminuent mais les missions augmentent. Est-ce normal ?

    Si vous répondez « oui » à ces 3 questions simples, eh bien, je dirais que malgré le même uniforme, nous n’appartenons pas au même monde ! Je rappelle si besoin que ces questions figurent régulièrement dans le fameux « Rapport sur le moral » dont tant de militaires se moquent. Est-ce normal là aussi de considérer ce rapport comme inutile ? Posez-vous la question !

    Dans le même temps, combien râlent (mais pas ouvertement, faut pas être fou…) contre ces cadres qui utilisent les véhicules de service à des fins personnelles ? Contre les missions de surveillance des domiciles de certains hommes politiques ou amis du pouvoir, gourmandes en personnel ? Contre les coquetèles somptuaires payés avec les repas de service ? Les exemples pourraient constituer une vraie liste à la Prévert.

    Alors, oui, ouvrons les yeux et n’acceptons pas -au moins intelelctuellement-ces faits rencontrés un peu partout. Ce n’est pas pour autant que nous devons détester et supprimer les armées, le débat est différent !

    Par contre, Arle Uein, il est un peu facile de critiquer les gens qui choisissent le « métier des armes » parce qu’ils seraient incultes et fainéants, tout en gagnant bien leur vie. Sur ce dernier point, il est vrai que certaines soldes pourraient faire pâlir certains cadres civils mais bon, chacun est libre de ses choix et il est inutile de comparer et de contester ce fait.

    Toutes les études montrent l’augmentation du niveau scolaire des engagés. Certes, il y a le niveau de base, très…. basique, des militaires du rang mais là encore, il faut reconnaître que ce niveau va de pair avec le niveau du travail demandé.
    D’ailleurs, on ne peut parler du niveau des militaires sans aborder rapidement le problème de la gestion des militaires : tout avancement est subordonné à l’obtention de qualifications et/ou de diplômes et nombreux sont ceux qui quittent l’armée, contraints et forcés, de n’avoir pas réussi ces épreuves.
    Les planqués ? Oui, il y en a (encore) mais la « civilianisation » des armées et l’externalisation y remédient de plus en plus. Bref, je pense qu’il ne faut pas faire de procès d’intention.

    Les militaires, bras armés des choix politiques ? Je ne peux que paraphraser un ancien ministre de la défense : on se soumet ou se démet. Point. Un de mes jeunes camarades officier vient de démissionner car en opposition avec la politique menée en Afghanistan. Je salue cette forme de courage intellectuel et laisse les autres à leurs conflits intérieurs…

    Les militaires, disciplinés serviles ? Oui. Souvent. Trop souvent. Les « chefaillons » ne se privent pas pour exploiter cette relation ambigüe chef-subordonné. A ceux des premiers commentaires, je demande s’ils n’ont pas au moins une fois contesté un ordre jugé idiot ou une décision d’une DRH jugée injuste. Si le système était parfait (égalité, justice, respect…), pourquoi tant de militaires -même s’ils s’en défendent- ont-ils une certaine sympathie pour l’Adefdromil* ? Pourquoi le mot « syndicat » n’est-il plus tabou dans les popotes ? Posons-nous les bonnes questions pour avoir les bonnes réponses…

    Non, ce n’est pas être antimilitariste que de relever les incohérences et absurdités du système. J’ai pu râler contre ceux qui profitent de l’institution mais je ne rougis pas de mes 30 ans de service. Ah si, une dernière chose : je n’appréciais pas mes participations aux JAPD…

    [*- http://www.adefdromil.com/%5D

    J'aime

  3. Bonjour !
    Je sais que l’article commence à se faire vieux mais je l’ai seulement découvert hier.
    J’ai 19 ans et je suis jeune militaire en formation dans l’armée belge.

    Primo, tu dis (ou sous-entends clairement) que les militaires sont stupides et que leur QI ne dépasse pas celui d’une huître. Certes, il y a des abrutis finis, mais quand même, tu généralises trop. J’ai entamé des études d’officier et, en plus de déboucher sur une carrière à l’armée (soit dit en passant : l’armée est la seule « institution » de ma connaissance qui assure à une personne un job pour une bonne partie de sa vie, tout le monde ne peut pas se vanter d’avoir une vie professionnelle aussi stable), lesdites études offrent un master qui est reconnu dans le civil. Ce sont des études extrêmement poussées, et sur les quelques candidats qui sont admis à l’École Royale Militaire (il y a des examens d’entrée qui sont très sélects), très peu parviennent à décrocher leur master. Je pense donc pouvoir dire que les militaires sont loin d’être cons, même si il y a effectivement des cas de crétinisme avancé.

    Secundo, tu dis que nous ne devons pas intervenir dans d’autres pays car ce ne sont pas nos affaires. Je ne te donne pas totalement tort, mais je ne pense pas non plus que tu aies raison. Certes, le système politique est pourri jusqu’à la moelle et pas mal d’opérations sont lancées pour faire du profit (les États-Unis qui attaquent l’Afghanistan soi-disant pour combattre le terrorisme mais en réalité pour y installer un pipeline afin d’en drainer le pétrole), mais d’autres opérations ont un bien-fondé évident. Je prends l’exemple d’une des missions en cours de l’armée belge: la formation de l’armée congolaise. J’ai récemment vu un reportage sur cette mission, et je peux t’assurer qu’il est bien heureux que nos militaires soient là pour les former, car les futurs chefs de section qui y sont formés ne sont vraiment pas très malins (ça ne me plaît pas de dire ça, mais malheureusement c’est la vérité, le reportage était édifiant). La plupart n’étaient même pas foutus (pardonnez l’expression) de trouver le Nord ! Vous vous rendez compte ? Un militaire de terrain, chef de section, qui n’est même pas capable de trouver le Nord ? Enfin bon,je m’égare… Tout cela pour dire que bien que certaines missions aient pour intérêts premiers des causes politiques et financières, je pense qu’une bonne partie d’entre elles ont une excellente raison d’être.

    Tertio, tu dis dans l’un de tes précédents commentaires que beaucoup de missions pourraient être entièrement laissées aux ONG.
    Je te cite : »Et les missions humanitaires sont de jolies campagnes d’esbrouffe. Pour ça, on a inventé les ONG ».
    Je ne dirai rien sur la première phrase car tu n’as pas tout à fait tort. Désolé de te dire que les Talibans (pour parler de l’Afghanistan) ne font pas trop de différences entre un médecin de la Croix-Rouge et un militaire, pour eux, un Occidental est un Occidental. Alors je pense que le toubib n’a aucune raison d’aller faire son job sans qu’un ou deux militaires ne veillent à ce que personne ne lui tire dessus.

    Voilà les principaux point où je suis en désaccord avec toi. Maintenant, il est vrai qu’il y a des saletés de planqués qui profitent bien de leur position, il y a aussi une très mauvaise gestion de l’argent (d’autant plus qu’en Belgique, on n’arrête pas de diminuer le budget de la Défense ainsi que ses effectifs, j’ignore ce qu’il en est en France). Bref, les armées ne sont plus ce qu’elles étaient et c’est bien dommage.
    Tu dis détester les militaires, et c’est bien évidemment ton droit le fondamental, mais au vu de tes griefs (autant ceux que j’approuve et ceux que je désapprouve), ne penses-tu pas que c’est plutôt l’armée en elle-même que tu détestes ? Il y a tout de même une certaine nuance entre détester une « entreprise » et détester ses « employés ».
    A méditer.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s