Yuksek, et pis c’est tout

Au lendemain de la « french touch » 2.0 où l’électro qui tabasse régnait en maître, le plus connu des rémois effectue un virage pop plutôt réussi : écoutons !

Avant toute chose, je l’avoue je le confesse, j’admire yuksek. Alors que l’ère Ed banger commençait déjà à s’essouffler, il a su tirer son épingle du jeu, alors que SebastiAn samplais des machines à laver et les Bloody beetroots, des perceuses électrique. Il a su produire un tout à fait splendide deuxième album aux Birdy Nam Nam (d’ailleurs le 3ème produit par para one ne devrai pas tarder), produire le premier album des bewitched hands, former un duo avec le meilleur DJ du monde (Non, pas celui qui ne sait jouer qu’une note et frapper dans ses mains tel un autiste en pleine écoute de Patrick Sebastien), on parle bien de Louis Brodinski (à vos moteurs de recherche les loulous ! )

Bref, l’homme est à la fois à la composition et à la production tant et si bien qu’on en vient à craindre pour sa santé mentale…

Living on the edge of time (Barclay / Universal)*****

Et donc, il sort son second album, piège de tout musicien ayant super réussi le premier: va-t-il faire un premier bis, un super nul différent raté, ou va-t-il sublimer ses talents de compositeurs ?

Dès les premières notes on sens le piège: du piano ? des claquements de doigt ? de la voix ? Le virage pop se fait indéniablement sentir. Au fur et à mesure de l’écoute, on ne peut que constater une utilisation très phœnixienne des guitares, tout en subtilité et délicatesse, le tout avec une pointe de mélancolie (fonce acheter Wolfgang Amadeus Phœnix jeune néophyte ! ), et enfin, alors qu’on a bien ressenti le pouvoir bankable de l’album qui est véritablement truffé de tubes potentiels, arrive « fireworks », là où les puristes réaliseront que le bon yuksek n’a pas perdu sa capacité à produire de la « musique à cervicales », où ça tabasse bien fort comme il le faut !

Miracle, chanson suivante ne fais que confirmer ce dont on avait la certitude, on va danser là dessus, tout l’été, même l’hiver et pas qu’un peu !

Bilan

Always on the run / Fireworks / Miracle = ces trois là c’est le minimum syndical à aller écouter !

[swfobj src= »http://omniflux.fr/sfr/fluxeSFR.swf?idVideo=b97660&holder=embed » width= »595″ align= »center » allowfullscreen= »false »]http://www.live-concert.sfr.fr/video/yuksek-nuit-electro-2010-concert[/swfobj]

Et comme ces salauds d’internet qui téléchargent trop (oh les vilains) n’ont pas encore souillé l’album dans son intégralité sur youtube, je vous laisserai là avec quelque chose de bien plus marrant, un live intégral de yuksek (le dernier de sa tournée) au grand palais à écouter à fond pour faire plaisir aux voisins !

PS : il joue fireworks tout à la fin, juste histoire de se donner une idée de la bombe que c’est.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s