Bac 2011 : fuites, fraudes et cie !

La session 2011 du bac vient à peine de finir pour les terminales S, et pourtant, on en commence seulement à en entendre parler… pour ses fuites.
Copyright AFP

Mardi de 8 à 12 j’avais, ainsi que 165.000 de mes petits camarades, l’insigne et immense honneur de plancher sur la discipline de Gauss : les maths. Quatre heures de pur bonheur découpés en autant d’exercices dont deux, ô joie pour ma moyenne, qui étaient pour ainsi dire donnés.

Et c’est ce premier exercice qui nous réunit aujourd’hui. Car les quatre malheureux points qu’il représente sont en ce moment un sérieux problème pour le ministère de l’Education nationale et source d’inquiétude pour tous les bacheliers de la série scientifique.

La fuite

Il se trouve qu’un imbécile bien inspiré répondant au pseudo de Chalden a posté la veille de l’épreuve sur le forum « 15-18 ans » du site JeuxVideo.com et sous l’intitulé modeste de : « Sujet de demain en maths », la photographie toute pixelisée du fameux premier exercice.

Le lendemain

Le 22 juin, la grande majorité des candidats, dont votre serviteur, a le plaisir de découvrir pour la première fois le sujet sur lequel elle composera, tandis que la polémique sur la fuite, confirmée par Luc Chatel, enfle médias.

Ce qui va se passer.

Tout d’abord, un énorme bordel dans l’administration, puisqu’une plainte pour fraude à l’examen, recel et abus de confiance a été déposée par Luc Chatel devant le procureur de Paris, et donc qu’une enquête a été ouverte. Eh oui, même si les vilains internautes les mettent en ligne, encore faut-il comprendre comment les sujets font pour s’enfuir du bureau de celui qui les pond.

Sinon, pour nous autres, aspirants bacheliers, le ministre de l’Education nationale a annoncé que l’épreuve ne serait pas annulée. En même temps organiser à nouveau, fin juin, une épreuve coefficient 7 voire 9 pour 5O% des bacheliers relève du délire fiévreux. Au lieu de devoir user à nouveaux les chaises des salles d’examen, nous aurons donc un exercice qui sera « neutralisé » pour reprendre notre cher ministre.

Ça veut dire quoi ?

Eh bien que l’exercice I  ne sera pas comptabilisé.

C’est la seule consigne qui soit claire pour le moment. Mais des propositions de correction a été faite dans le sens de ce qu’à annoncé le ministre. C’est à dire une répartition des points sur les autres exercices.

La notation serait donc la suivante :

Exercice I : exit ;

Exercice II : initialement sur 4 points, il serait noté sur 6 ;

Exercice III : initialement sur 7 points, il serait noté sur 9 ;

Exercice IV : pas de modifications, il devrait rester sur 5 points.

Il a également été demandé aux correcteurs de noter en s’appuyant sur le livret scolaire et il semblerait que pour les candidats de la filière S, le seuil d’admissibilité au bac serait à 9/20 au lieu de 10/20, cette baisse d’un point qui devrait être répercutée pour toutes les mentions et pour le rattrapage.

Ces propositions de correction doivent encore être validées par Luc Chatel, mais restons humble, car bien que lui-même ait fait des déclarations à ce sujet, personne ne peut se targuer de connaître les mesures effectives. Et, comme plusieurs recours ont été déposés devant, soit le conseil d’Etat (qui en a déjà jugé un irrecevable), soit devant des tribunaux administratifs, tout reste possible.

Mme Irma

Il y a quelques jours, je prédisais que les points du  premier exercice seraient généreusement donnés aux candidats. Certes, les faits semblent me faire comprendre que la voyance, c’est pas mon truc, mais, je continue néanmoins a donner ma préférence à cette solution, parce que je suis l’un des intéressés, peut-être, mais aussi pour une simple question de bon-sens.

En effet, bien que cela ne semble pas bien grave pour M. Chatel, qui n’excelle pas dans les règles de trois, encore faut-il trouver les quatre autres points dans les exercices restants, exception faite du deuxième. Et puis l’exo sur les probabilités était de loin le plus simple, ce qui permettait aux candidats d’assurer des points que le troisième exercice (quand même vachement moins simple) n’allait pas leur donner.

Sinon, comment les correcteurs feront-ils lorsqu’un élève n’aura fait ou n’aura réussi que cette partie du sujet ? Ils lui colleront un 0, note éliminatoire ? Ah, certes, on peut se dire que s’il n’a fait que celui-là, il est mal parti pour le bac, mais en S nous sommes jugés sur minimum sept épreuves, pas sur une seule.

De plus, demander aux correcteurs de se baser sur le livret scolaire pour la correction d’un examen anonyme apparaît de ce fait comme une aberration totale, et abaisser l’admissibilité au bac ne peut que provoquer un tollé : les autres filières ne semblent en effet pas concernées, cela décrédibilise encore plus un examen qui n’en avait guère besoin, et enfin, cela équivaut à donner aux candidats plus que les quatre points de l’exercice.

Bref, on sent au travers d’annonces plus ou moins hubuesques que le ministère, paniqué, agit au jour le jour, sans grande cohérence.

M. Ducon

Mais que faisait le préposé à l’intégrité de l’épreuve de maths le soir où un crétin eût la bonne idée de nous plomber la partie la plus simple du sujet du lendemain ? Il était perdu en Laponie, là où nul accès Internet ne lui permettait d’user de son bon sens pour googler ces quelques mots : « fuite sujet maths bac 2011 » ?

Non, mais sérieusement, il doit bien y avoir un ou deux clampins payés pour éviter ce genre de choses et surtout pour vérifier qu’elle n’aient pas déjà eu lieu. Ah ! Peut-être a-t-on mis à ce poste quelque brontosaure arthritique, vermoulu de connerie et d’impatience de partir en retraite, définitivement handicapé de la cognition et ignorant tout des moyen de communication.

Si ce monsieur (ou cette dame, mais j’ai moins de mal à insulter un homme, pardonnez mes principes), que nous appellerons Ducon pour lui exprimer notre gratitude, avait eu la présence d’esprit de faire ce pourquoi on a jugé bon de le payer, peut-être aurait-il (qui sait ?) pu demander à ce que l’on fît distribuer les sujets de secours au lieu de ceux qui s’étaient répandus sur la toile.

Et, ainsi, on aurait évité cette lamentable embrouille.

Et il n’est pas seul

Et non, M. Ducon n’agit pas en solitaire, il sévit en meute. Je le soupçonne même d’être le frère de M. Fâcheux, connard de premier ordre qui s’éclate à faire des sujets contenant un maximum d’erreurs, dont le fameux sujet de maths n’était pas exempt, ni celui de physique d’ailleurs. Faire des énoncés corrects, six mois à l’avance, ça paraît humain, non ? Y éliminer des fautes après qu’il ait été relu trente fois et été testé par douze jurys de profs, ça semble être de l’ordre du possible?

Eh bien il semblerait que ce soit au dessus, très au-dessus des capacités de certains branleurs.

2011 : décidément un grand cru !

Les maths n’ont visiblement pas été la seule matière dont le sujet a été connu avant le jour de l’épreuve. J’ai passé la SVT avec les sujets de secours, toujours à cause de fuites, alors que dans d’autres centres d’examen on planchait sur les sujets principaux. Mieux encore, sur le site de RTL, on peut trouver, entre autre, ça :

Pour information, la physique avait lieu le 22 juin de 8h à 11h30, et les deux premiers exercices portaient bien sur ces parties du programme, alors même si c’est peut-être un fake, il y a de quoi s’inquiéter des fraudes, aussi bien du côté des candidats que de l’administration.

À vos calculatrices

Mais d’ailleurs, que veut dire, fraude à l’examen ? Une chose est sûre, rentrer tous ses cours, plus les annales et leur correction, dans sa calculatrice graphique semble ne pas faire parti de sa définition.

Oh, je reconnais que c’est là un moyen fort commode de passer son bac, c’est d’ailleurs pour cela que nos professeurs nous le recommandent. Mais c’est révéler l’hypocrisie qui veut que l’on privilégie le par cœur à la compréhension.

Lorsque j’ai passé le concours général des lycées de physique, il y avait trois pages de formules qui étaient données sur les 25 qui composaient le sujet. Seule la réflexion était jugée, pas la capacité à se gaver de connaissances incomprises ou à utiliser l’informatique.

Peut-être est-ce parce qu’en ne demandant plus aux candidats du bac de réfléchir, les administratifs de l’Education nationale se sentent moins seuls ?

Publicités

Une réflexion sur “ Bac 2011 : fuites, fraudes et cie ! ”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s