La neige dans un État développé

Cinq minutes avant sa mort, monsieur de La Palisse était encore en vie. Mais pour TF1, ça vaut quand même le coup d’en faire un gros titre.
CC Flickr - amelaye

J’ai l’impression de passer ma vie à répéter les mêmes choses. Un sujet : la neige. Une période : près de 3 semaines. Et on vous en tartine à toutes les sauces pendant des heures, dans tous les média. Pendant ce temps, qui voudrait nous faire croire qu’il ne se passe plus rien sur le plan politique et économique ? Ah pardon, il y a encore quelques scandales bien placés, avec notre cher Ministre de l’Intérieur. Et puis les Bettancourt rabibochés …

Ici, TF1 a fait particulièrement fort : prétendre vous informer qu’il neige et que c’est la pagaille, quand vous n’avez qu’à ouvrir les volets et regarder la rue pour vous en rendre compte, c’est du foutage de gueule XXL. Du grand art.

Du droit à l’information

Mais enfin, soyons sérieux ! Le droit à l’information est fondamental dans un État de Droit(e), et c’est un devoir pour chaque citoyen de se tenir au courant de ce que font ses représentants. Au lieu de nous informer de l’état du monde, des derniers débats de l’Assemblée, des derniers décrêts ministériels, on nous endort avec des scandales, des catastrophes, etc … le tout en mode « Mais que fait le Gouvernement ? ». Et de nous étonner, après cela, que ledit gouvernement en fasse toujours trois fois trop par peur de ne jamais en faire assez. Les élections ne sont pas loin …

Qui s’intéresse à ces idioties ? Personne. Qui s’en amuse ? Presque tout le monde. Qui s’en fout ? Moi. La pratique actuelle de l’information consiste bien plus à alimenter les discussions de bistrots qu’à faire avancer les vrais débats. Ces conneries qui occupent les esprits et amusent le bon peuple, à qui on sert des boucs émissaires en pâture à ses mauvais instincts, n’avancent à rien. Ce n’est pas avec ça qu’on construit la France.

J’accuse

J’accuse les journalistes de complaisance avec le pouvoir. Je les accuse d’avoir oublié leur vocation. Je les accuse, sinon d’avoir organisé leur forfaiture,  au moins d’être trop ineptes pour observer leurs propres dérapages. Je les accuse de faire offense à la dignité de leurs lecteurs/auditeurs/téléspectateurs. Je les accuse de trahir la société qui les a nécessités, engendrés, éduqués, formés et protégés.

Je les accuse de distraire quand il faut informer, d’endormir quand il faut dénoncer, d’abrutir quand il faut éduquer. Je les accuse d’user de leur pouvoir à leur propre profit, et d’avoir succombé à la tentation du dieu argent et à la dictature du dieu Audimat.

Mais j’accuse aussi le peuple de faire son propre malheur en marchant dans la combine …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s