Lettre ouverte de Dieu à Moïse

[toc levels=3 title= »Sommaire »]

Moshe,

Écoute ! C’est ton dieu qui te parle. Oui, je sais, ça fait un bout de temps qu’on s’est perdu de vue, mais tu comprends, j’avais un boulot dingue. Et c’est en partie ta faute et surtout celle de tes descendants. Tu te souviens la dernière fois, au Sinaï ? Tu avais les oreilles en veilleuse, et tu as compris à peine la moitié de ce que je t’ai raconté. Et si tu n’avais pas écrit tant de bêtises, on n’en serait pas là.

Il a donc fallu que je me mette à l’informatique pour te communiquer ceci en étant sûr que ce que je dis ne tombe pas dans l’oreille d’un sourd. Tu te rends compte, à mon âge ? Bref, passons … je commence mes mises au point.

Des femmes

La dernière fois, j’avais été un peu dur avec les femmes. Il ne faut pas trop m’en vouloir : juste avant ma petite allocution, ma mère venait encore de m’engueuler : « Mon fils, si tu ranges pas ta chambre, tu vas tuer ta pauvre mère ! ». Après quoi, je me suis un peu emporté, tu aurais fait pareil à ma place. Et j’ai dit des bêtises. Personne n’est parfait. Cependant, il me faut réparer ma faute.

J’ai créé la femme avec un bout d’os à Adam. Tu vas me dire que j’aurais pu prendre un bout de cerveau. C’est vrai, mais je ne l’ai pas fait, et pour une bonne raison. Non, ce n’était pas pour priver ce cher Adam du peu dont il disposait. Mais, dans le jardin d’Éden où tout était parfait, ce zigomare n’avait rien de mieux à faire que cogiter. Donc il s’était mis en tête de chercher à comprendre comment tout fonctionnait.

Je te dis pas, en trois jours il me faisait déjà des calculs de résistance des matériaux, et au bout d’une semaine il avait découvert la relativité restreinte. Je lui aurais laissé deux jours de plus, il aurait trouvé le boson de Higgs ! Ma particule à Moi, ça va pas la tête ? Il a fallu que je trouve vite fait quelque chose pour l’occuper. Alors j’ai créé la femme, avec un bout de côte, pour ne pas reproduire la même erreur.

Et je l’ai faite belle, évidemment, sinon le subterfuge aurait été vain. Et ça a fonctionné, au delà de mes espérances … Quand il l’a vue, il s’est payé une trique, monumentale ! Il l’a entreprise pendant des mois, sans jamais fatiguer, l’animal. Mais Adam a quand même fini par débander. Ils ont alors inventé une nouvelle forme d’union : intellectuelle. Mes chers petits ont repris à deux leur grande enquête sur le monde, et ils ont trouvé des trucs que même tes prétentieux de descendants ne savent pas encore.

Si ce je te raconte tout ça, c’est pour te montrer que Ève et Adam sont les deux parties du même monde. Il serait temps que tous leurs petits descendants le comprennent et cessent de s’empoigner. Aucun des deux sexes ne prendra le pas sur l’autre, car j’y veillerai personnellement. Tu peux aussi dire aux patrons que l’égalité des traitements arrivera un jour, j’y veillerai aussi. Qu’ils y mettent du leur ou non changera seulement l’intensité de la baffe qu’ils prendront le jour J.

Tu peux aussi dire aux zouaves en babouches que si j’ai fait la femme belle, ce n’est certainement pas pour qu’ils nous la collent sous un abat-jour, intégral ou même partiel. Mes chers petits ont bien grandi, et c’est leur faire offense que de s’imaginer que la vue de jambe nues et de minois poudrés les poussera irrémédiablement au viol. Leurs craintes sont sans fondements (pas comme les dames, mais … hmm, je m’égare).

Des religions

Je veux que tu dissolves au plus vite ces vieilles filiales que sont l’Église, l’Assemblée des musulmans désunis et la Confrérie internationale des juifs diasporisés. Je les avais fondées en des temps troublés pour remettre dans le droit chemin mes chers petits. Aujourd’hui, elles ne sont plus que des armes communautaristes qui servent de prétextes et de justifications à leurs massacres en famille.

Tous me vénèrent moi, et se bouffent entre eux. J’avoue ne pas toujours comprendre. Sans compter que leurs chefs religieux ont bien saisi le pouvoir que leur donne leur qualité de guide spirituel, et s’en servent largement, à leur profit ou à celui de leurs délires utopiques. Ma Parole est un beau prétexte, là encore.

Mes chers petits, je leur ai mis dans le coeur tout ce qu’il faut pour qu’ils soient leur propre guide. Dans la Bible, tes descendants ont évoqué la part divine de l’Homme. C’est une des rares choses vraies qu’on peut y lire. Qu’ils pensent avec leur tête, qu’ils écoutent leur coeur, et qu’ils ne laissent personne penser à leur place ou leur dire ce qu’ils doivent faire.

Il serait temps qu’ils le comprennent et qu’ils cessent de se chamailler à coup de kalachnikov. Sans compter qu’entre ce que veulent les uns, ce que demandent les autres, et ce que tous font, ça me fait une montagne de conneries à réparer, tu n’as pas idée ! Pensez-y, nom de Moi ! J’ai peut-être d’innombrables collaborateurs, mais à la fin de la journée, tout le monde est mort ! Je ne suis plus tout jeune, ménagez moi !

Et, puisqu’on y est, je vous le dit une fois pour toutes : je refuse d’être le prétexte et la justification de vos petites colères à l’arme lourde et de vos joyeux massacres. Si vous voulez que je les couvre, vous pouvez courir sur les petits doigts, tous nus dans le désert, c’est niet ! De plus, ceux qui vous ont raconté qu’en mourrant au combat, vous gagnerez le paradis, ceux-là vous ont lourdement bernés. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient … Vous n’avez qu’à croire votre coeur et votre conscience, ceux là ne chercheront pas à vous tromper. Les combattants iront retrouver, comme les autres, les cancéreux, les violeurs, les curés et Mère Thérésa, dans les limbes.

Et ceux qui vous causent comme s’ils m’avaient au téléphone tous les matins, pour un briefing idéologiquo-spirituel, se moquent de vous. Le plus cruel est que je ne puis pas tous les foudroyer, il y en a vraiment trop. À vous, donc, de faire usage de votre raison pour déméler le vrai du faux. Je ne vous en ai pas fait don pour rien. Gardez à l’esprit que même ce que j’ai bâti est imparfait, alors méfiez vous encore d’avantage des constructions humaines … Soyez éveillés.

De l’art

J’ai suggéré l’art aux hommes, il y a bien longtemps, pour qu’ils se rapprochent de Moi et qu’ils appréhendent le divin. Et sûrement pas pour sombrer dans la sinistrose. Alors, de grâce, abandonnez vos musiques barbares d’éternels révoltés et vos peintures immondes. Les artistes sont faits pour montrer la Beauté, pour en faire don aux autres et pour donner tout à la fois une image de l’idéal à atteindre et l’espoir que cet idéal est accessible. Et pas pour faire de la merde, au sens propre, sur laquelle vous vous précipiterez comme des mouches parce que « c’est branché ».

Tout n’est pas beau dans votre monde, mes pauvres petits. Mais le spectacle continuel de la laideur ne vous aidera pas à vous en sortir, bien au contraire : en la montrant partout en espérant choquer, vous en faites encore d’avantage un plat ordinaire et banal. Vous ne trouverez la Beauté qu’avec du courage, et vous n’aurez ce courage qu’avec l’espoir que c’est possible, et cet espoir renaîtra quand vous aurez une idée de cette Beauté. Ici interviennent les artistes, car ils ont seul le pouvoir de vous la montrer.

Du bonheur

Dites à tous les malheureux qu’ils ont en eux tout ce qu’il faut pour être heureux. Parfois, c’est vrai, c’est enfoui un peu loin. Alors je donne un coup de pouce pour aller le chercher, mais vous comprenez bien qu’avec le travail que nous avons, mes collaborateurs et Moi, nous ne sommes pas en mesure de traiter toutes les demandes avec des délais acceptables. Il suffit alors d’être patients, et de commencer le déblayage sans nous.

Mais, il faut dire aussi que vous êtes très doués pour vous enfoncer seuls dans le malheur. Vous avez un potentiel incroyable pour vous auto-pourrir la vie. En cherchant un peu dans votre environnement et dans votre vie, vous vous rendrez vite compte que vous vous êtes créé toutes sortes d’emmerdements communs, tout à fait artificiels. Mais ça ne fait rien, vous les acceptez sans rien dire. Vous vous enfermez l’esprit dans des schémas de pensée rigides et destructeurs, en zappant complètement l’essentiel. Jusqu’au jour où … la pression vous pousse au pire.

Je vais vous livrer le secret du bonheur : entourez vous de Beauté. Soyez beaux et belles, vivez dans l’art, attachez vous à faire bien tout ce que vous entreprenez, et avec élégance, mettez partout ou vous le pouvez le Beau et les arts. Un tel spectacle quotidien est le meilleur pansement de l’âme.  Et gardez à l’esprit que la Beauté est vie et vivante : fuyez donc tout ce qui est mort, les étendues minérales d’asphalte urbaine, l’acier, le verre, les hyperstructures où personne ne se sent bien, …

Principe de base

Tout n’est qu’équilibre.

Conclusion

Vous êtes pleins de défauts, mes chers petits, mais au fond, je vous aime bien. On a beaucoup de points communs, vous savez.

Ceci est ma Parole. Si je vous livre tout ça, c’est parce que j’ai l’intention, prochainement, de prendre ma retraite. Car je suis fatigué, et je sais que bientôt, vous n’aurez plus besoin de Moi. Cette petite graine de divin qui est en vous, est en train de germer, et un jour, chacun d’entre vous sera mon égal. Mais ce ne sera pas demain, et ce ne sera pas facile.

Il faudra du temps, de la patience, de l’énergie, pour que chacun acquière la connaissance universelle, et la grande sagesse qui permettra d’en faire bon usage. C’est la raison pour laquelle il vous faut sans tarder vous abîmer dans la philosophie, vous passionner de sciences, sans oublier les arts qui vous montreront la Voie.

Comme lorsque vous étiez enfant, cherchez sans cesse le pourquoi et le comment des choses, cultivez cette curiosité qui vous pousse au meilleur, cherchez à savoir, à comprendre, cherchez toujours, et vous trouverez. Je vous y aiderai. Ce sera difficile, la tentation de l’abandon sera grande, mais vous en êtes capables. Vous pourrez bientôt gouverner seuls votre monde. Je le sais, et je vous fais confiance.

Vous êtes déjà terriblement divins, quoiqu’encore pas très à l’aise à l’idée de voler de vos propres ailes. Sachez que la solitude ne sera source de désespoir que si vous cessez de croire en vous et si vous perdez la sagesse. Mais vous y parviendrez, car vous êtes mes enfants.

Vous êtes de futurs dieux.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s