Une expérience différente de la prépa

La prépa, on trouve dessus des articles à ne plus savoir qu’en faire. Je tente cependant d’exposer mes méthodes et mes visions sur la classe préparatoire, qui, si elle n’est pas forcément une boucherie, demande un travail et un investissement personnel important.

Je fais partie des personnes qui se sont éclatées en prépa. Mes résultats sont honorables (je suis 10éme) et l’année a été globalement très agréable à vivre, ainsi qu’extrêmement enrichissante. On peut résumer simplement : c’est la première année depuis 7 ans où je ne me suis pas ennuyé (à l’exception peut-être du français).

Si j’écris maintenant après les différentes expériences qui ont été exposées sur ce site c’est avant tout pour m’opposer à un ami Arle Uein, en tout gentillesse bien sûr. Car, non la prépa n’est pas forcément un désastre où vous êtes fusillé face au tableau. Personnellement ma plus mauvaise note en science cette année est de 9.7, ce qui est loin d’être catastrophique.

Des causes d’échecs

Mais alors pourquoi certaines personnes réussissent tandis que d’autre se plantent magistralement ? J’aurai tendance à dire  qu’en prépa, 2 facteurs sont responsables de l’échec :

  • Les lacunes avant la prépa qui sont absolument catastrophiques car extrêmement difficiles à rattraper. Notamment en maths, car cela représente à la fois un gros volume horaire et un ensemble de notions très utilisées dans les autres matières. Il faut ainsi être particulièrement au point et être capable d’effectuer rapidement et correctement ces opérations : dérivation, intégration, factorisation ou encore réduction à un dénominateur commun. De plus il faut être bon en calcul mental afin d’éviter une perte de temps considérable.
  • Une motivation personnelle inexistante. Si vous n’avez en effet pas envie d’aller en classe préparatoire, n’y allez pas, car de toutes façons vous avez de très grandes chances de vous y planter.

Quelques difficultés et des conseils pour les surmonter.

Après il est vrai que certaines difficultés particulières sont inhérentes à cette classe :

  • La quantité de travail est telle qu’il est illusoire de vouloir tout faire. Il faut être capable de laisser du travail non fait sans pour autant en faire un cas de conscience. Même si ce n’est pas présenté ainsi, la classe préparatoire est un véritable apprentissage à la gestion des priorités, il faut savoir ce qui vous fera gagner des points et ce qui, au contraire, vous fera perdre du temps  en travail inutile. En prépa, vous avez le temps que vous vous accordez et non celui que l’on vous offre généreusement.
  • Il faut être capable de supporter une sorte d’esprit de compétition, même si vous êtes dans une classe où la compétition n’est pas très présente. Il faut  garder en tête,  notamment en première année, que vous êtes en compétition pour être admis en classe *. Même si cela ne guide pas vos rapports, il ne faut pas oublier que tout ce que vous faites est classé. Il faut donc être capable de se vendre correctement. C’est-à-dire d’arriver de se faire remarquer (dans le bon sens) sans pour autant écraser les autres, ce qui sera bien entendu mal vu. C’est votre prof qui vous note, vos résultats ne sont donc pas indépendants de l’image qu’il se fait de vous.
  • De plus je crois qu’il faut être capable de prendre la classe préparatoire comme un défi plutôt que comme une contrainte. Si vous ne jouez pas en prépa, je ne vois pas comment vous pouvez réussir. Pour moi le côté plaisir est essentiel, si vous n’arrivez pas à prendre du plaisir en cherchant un exercice particulièrement difficile, vous ne pourrez pas tenir la distance car ce n’est qu’en prenant du plaisir que l’on est véritablement efficace.
  • Enfin il ne faut pas manquer le début d’année : si vous accumulez du retard dès la début, il est extrêmement difficile de s’en remettre. Vous risquez de le trainer durant toute la durée de la classe préparatoire. Il faut également faire attention à ne pas trop relâcher son travail après les premiers résultats particulièrement s’ils sont bons parce que cela ne pardonne pas.

Cependant, ne prenez pas ces quelques difficultés comme d’insurmontables obstacles, car  l’important est  avant tout travailler et prendre du temps pour soi.

Enfin il faut surtout être capable de rebondir, de relativiser. Vous prendrez sans aucun doute des taules, ce n’est absolument pas grave. Ce qui l’est en revanche, c’est de se sentir dévalorisé et de vouloir jeter l’éponge. Une taule veut simplement dire qu’il faut rebondir. J’ai moi-même dû faire face à 2 périodes de mauvais résultats cette année et à chaque fois j’ai réussi à sortir la tête hors de l’eau.

Conclusion.

Tous d’abord ne perdez pas vos loisirs : ils sont paradoxalement le meilleur moyen de réussir. C’est personnellement quand j’ai fait le plus d’activités à côté de la prépa que j’ai le mieux réussi.

De plus gardez bien en tête vos objectifs et ce que vous êtes prêt à sacrifier pour y parvenir et tenez  y vous :  la capacité à se détacher et à s’arrêter sans scrupule est un vrai plus.

Enfin faites-vous plaisir ! Le plaisir est, je crois, la clé de la réussite.

Publicités

Une réflexion sur « Une expérience différente de la prépa »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s