Une soirée dans la haute

Comme je l’ai dit dans mon article sur le centre Pompidou de Metz, j’ai eu l’occasion de découvrir le centre en privé. Au delà de l’aspect culturel (qui n’était franchement pas la priorité de la plupart des invités), immersion dans un autre monde …

La soirée était organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Moselle, à destination des chefs d’entreprises, et l’honorable institution avait été particulièrement large au niveau du nombre d’invitations. Elle avait déployé son cortège d’agents de sécurité et d’hôtesses pimpantes, de sorte que l’illustre invité traversait un cordon de minois poudrés en uniforme, avant d’accéder à d’autres formes artistiques, dans les galeries.

À l’intérieur, la débauche de luxe était patente. Là grouillaient costumes en toile fine, taillés sur mesure pour la plupart, robes de créateur, bijoux précieux, souliers hors de prix à semelles rouges, et bien sûr, les inévitables rosettes à la boutonnière.

Premier constat : le riche sent bon

Et quand on n’a pas l’habitude, ça choque. En effet, aucun d’entre eux ne sentait la sueur. Le bourgeois prend sa douche avant de venir et n’est pas avare de déodorant. Bien plus, il s’embaume de fragrances fines, délicates et chères. C’est encore plus frappant chez la bourgeoise. Premier constat éminemment positif, donc. Qui n’a jamais pesté contre le beauf de base, dans une file d’attente, qui sue comme une endive au faitout, et qui pue autant l’oignon que le macérat sudoripare ?

Deuxième constat : le bourgois sait se tenir

Ces dames, très dignes, droites comme si elles avaient connu mésaventure avec un balai, souriant assez pour exprimer leur contentement poli à leur interlocuteur, mais pas trop parce que ça donne des rides, et parlant à mi-voix pour ne pas déranger. Ces messieurs, courtois, polis et galants. Bref, le bourge n’est pas un paillard (enfin, pas encore).

Troisième constat : la bourgoise est belle

Élégante, vêtue avec goût, arborant une coiffure ajustée mèche par mèche au micron près, manucurée, maquillée avec soin : la bourgeoise est bandante. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle n’est plus danseuse[1. Mais mariée à son bourgeois de mari, pour ceux qui n’auraient pas compris. Ah tiens, salut Nadine !]

Le bourgeois est grand

Et ça se comprend aisément. Gavé depuis sa plus tendre enfance de vitamines, de sels minéraux, de 10 fruits et légumes quotidiens, il a été mis à mûrir chaque été au soleil des plus belles stations balnéaires de la côte d’Azur. Papa et maman riche y ont veillé. Il peut donc toiser à loisir le bas peuple, du haut de sont mètre 95 sans talonettes[2. Pas comme un certain nain de ma connaissance qui éjecte de ses réunions publiques tout ce qui mesure plus de 1m68].

Le bourgois n’est pas riche pour rien

Ou du moins, il aime le faire croire. J’ai ainsi entendu parler de Power Point, de mails, de contact pas pris, du style « Bonjour François. Je voulais justement t’appeler, mais j’ai pas eu le temps aujourd’hui. Tu as fini la présentation pour demain ? ».Donc, si le riche est riche, c’est qu’il travaille beaucoup, même quand il a l’air oisif. La classe !

Le bourgois est érudit

Et ouvert d’esprit. Ainsi, il aime étaler sa science, surtout devant les dames, et ce à tout propos. Les bourgeois connaît tous les artistes, il leur a tapé dans le dos et acheté un petit truc, comme ça, pour les sortir de la dèche et meubler la cheminée (ou les chiottes). Il connaît tous les mouvements artistiques jusqu’aux plus underground. Enfin, il est tellement open-minded[2. Ouvert d’esprit, pour les gueux qui ne speake pas le english] (sic) qu’il arrive à décrypter la symbolique profonde et transcendante d’un cercle noir sur une toile blanche. Il n’y a pas à dire, le bourgeois est doué. Et surtout pas superficiel …

Oui, mais quand vient l’heure du coktail …

… le bourgeois devient un porc ! Oubliées les toilettes fines, l’élégance, les bonnes manières … Faites pêter les champagne, sortez les petits fours et le bourgeois redevient un paillard lambda, celui qui se rue sur la boustifaille comme s’il était à la diète depuis 8 jours, et qui fait bloc devant le buffet pour en évincer ses congénères. Il aurait tort d’en profiter, car c’est la princesse qui régale.  Le masque de bonnes manières vole en éclats avec la bectance financée sur les deniers du bon peuple. Vu de l’extérieur, c’en est écoeurant.

Épilogue

Hypocrite bourgeois, mon semblable, mon frère, sans rancune ? Je ne voudrais pas avoir l’air de me moquer des riches, tu comprends, je ne sais pas ce que je deviendrai …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s