SNCF, la honte nationale

J’en ai plus qu’assez d’entendre sans cesse parler des cheminots. Et de leurs grèves. Et de la façon dont une minorité agissante emmerde la majorité. C’est simple, j’ai pris le TER Lorraine deux fois par jour pendant plus de six mois, l’année dernière. Et j’ai subi pas moins de 3 grèves. J’ai décidé d’arrêter de les comprendre.
CC Flickr - Bindonlane

Une honte pour la France

Aujourd’hui, il n’y a qu’une seule compagnie nationale de transport ferroviaire : la SNCF. En conséquence de quoi, lorsque la SNCF subit les remous de la contestation syndicaliste, c’est toute la France qui est paralysée. Les cheminots le savent, et s’en servent dans leur « combat ». Ce ne sont pas des salariés comme les autres, car de leur travail dépendent les activités de toute une partie du pays. Ameutez les collègues, même en petit nombre, et vous touchez tous ceux qui utilisent les trains pour travailler ou pour leurs loisirs. Et les touristes. Quelle image donne-t-on de notre pays et de ses habitants ? Des fénéants, heureux de vivre, dans la désorganisation des transports qui sont, soit dit en passant, l’élément fondamental d’un État développé, tant pour l’économie que pour les loisirs ?

Pourquoi se battent-ils ?

Leur habitude du fait a inévitablement affaibli leur voix et décrédibilisé leur « combat ». D’où la petite phrase de Sarkozy : « Désormais quand il y a une grève en France, plus personne ne s’en aperçoit ». Ce n’est pas très malin, mais non dénué de fondement : on ne peut pas avoir une voix qui porte si l’on parle tout le temps. On peut donc se demander ce qui pousse ces gens à la grève aussi souvent. J’ai trouvé quelques éléments de réponse sur Oulala.net. Ceux-ci souhaitent – et on peut le comprendre – maintenir leur niveau de vie. Quitte à détourner légèrement le débat en tapant sur les régimes spéciaux des politiciens … Vous aurez compris, je désapprouve leurs méthodes. Mais bien pis, je désapprouve également leurs intentions.

Les légendaires privilèges des cheminots

En effet, ils pourront se plaindre quand ils seront à plaindre. Et pour l’instant, ils en sont loins. En cherchant un peu, j’ai trouvé un peu tout et son contraire sur le régime des cheminots (entendez par là employés SNCF). J’ai écumé le site Régimes spéciaux.org et les forums pcimpact, cheminots.net et phorum. J’ai tout de même pu établir cette petite liste des privilèges et « acquis » de cette profession :

  • retraite à 50 ou 55 ans
  • gratuité des transports ferroviaires pour les employés et leur famille, même en retraite
  • gratuité des soins médicaux, même en retraite
  • Comité d’Entreprise particulièrement bien doté
  • sécurité de l’emploi
  • semaines de 25h pour les conducteurs de trains.

Ajoutez à cela que les conditions du travail se sont un peu améliorées depuis la locomotive à vapeur, même si les horaires de nuit restent les horaires de nuit. Alors, peut-on m’expliquer ce qu’ils veulent de plus ? Quand bien même on leur en enlèverait, ils seraient toujours largement au dessus des privilèges des salariés du privé. Il serait temps de redescendre sur terre.

Le pouvoir des syndicats

Dans le rail, plus qu’ailleurs, ce sont des boeufs, toujours partants pour la baston. Leur métier consiste à empêcher les autres de travailler. Donnez leur la main, il vous prendront le coude. Ce sont soit des fénéants patentés soit des révoltés perpétuels, révolutionnaires de salons et rebelles de bac à sable. Et il va sans dire qu’ils aiment les grèves. Les salariés non syndiqués ont, entre autres, des problèmes d’avancement. Les syndiqués doivent suivre le mouvement.

Alors qu’on arrête de nous emmerder au nom de je ne sais quelle idéologie teintée de rouge, les cheminots n’ont pas à faire grève, ni sur le principe, ni sur les modalités. Et si on les envoyait en rééducation chez France Télécom ?

Publicités

5 réflexions sur “ SNCF, la honte nationale ”

  1. Faire grève n’est ni plus ni moins qu’une manière de défendre des acquis sociaux. Et également probablement le seul moyen de faire entendre ces préoccupations devant les réformes actuelles notamment sur la privatisation qui risque d’entrainer tout un tas de conséquence néfaste.

    La privatisation actuelle de la SNCF répond actuellement à une logique simple : augmenter la rentabilité, ce qui se traduit par la suppression des petites lignes.

    Or on sait pertinemment qu’il ne sera pas possible de construire des véhicules individuels notamment dans les batteries qui ont le vent en poupe et dont on sait pertinemment que même avec un rendement parfait des batteries, il existe des limites fondamentales ce qui fait qu’il exige une quantité de matière minimale de lithium qui est de base bien trop élevé. Le lithium manquera très rapidement.

    Il va donc falloir utiliser et concevoir de nouveau moyen de transport dont le train en tant que plus faible pollueur par kilomètre parcouru jouera un rôle très important. Supprimé les petits lignes n’est donc qu’un vision à court terme qui revient à ce tirer un balle dans le pied. Seul un entreprise gouvernementale peut sortir d’une logique à court terme du on rentabilise le plus.

    Or actuellement la majorité des manifestations sont contre la privatisation et non pour d’autres avantages sociaux, ils ont donc totalement raison de manifester.

    De plus 3 grèves en 6 mois, calcule le nombre de jour sur lequel tu as été emmerdé ça ne doit pas faire plus de 4 jours, ce n’est rien qui mérite une telle réaction.

    De plus les syndicats sont absolument nécessaire même si certains syndicats (je pense notamment à Fo) sont un peu extrêmes ils sont avant tout la pour défendre celui qui travaille. Je pense notamment à certaine entreprise ou l’on a tenté de supprimer les RTT car les employé n’avait pas le temps de les prendre on pouvait donc les supprimer, logique tout à fait simpliste on préfère ne pas se demander pourquoi ils n’ont pas le temps de les prendre. Et auquel cas éventuellement les payer comme le payement de RTT à déjà eut lieu.

    Ils ne faut pas oublier que sans les syndicats, on ne serait pas là ou en est.

    On aime bien également penser que les syndicats fond travailler en France le moins mais au niveau européen ce n’est pas exacte, voir http://www.touteleurope.fr/fr/actions/social/emploi-protection-sociale/presentation/comparatif-le-temps-de-travail-dans-l-ue.html si non prend en compte la productivité moyenne très élevé en France http://www.robert-schuman.eu/question_europe.php?num=qe-45 on ne peut pas dire que l’on soit très mal lotis et que l’on ne peut rien faire en France. Autant dire que l’on ne peut pas dire que les syndicats ont atteint le rôle que tu leur donne.

    J'aime

    1. Les acquis sociaux, j’en ai déjà parlé. Les métiers du rails font partie des plus favorisés à ce niveau, et leurs avantages sont disproportionnés. Se battre pour cela relève alors de l’indécence.
      La privatisation de la SNCF est pour moi une bonne chose car elle l’obligera justement à devenir compétitif dans ses prestations. Elle n’entraînera pas pour autant la disparition des petites lignes car celles-ci sont financées en très grande majorités par les Conseils Régionaux.
      Et, on y vient, pour devenir compétitive, la SNCF va devoir tailler dans les acquis sociaux de ses employés. En effet, ceux-ci mettent en cause la viabilité  d’une entreprise privée. Ce qui corrobore le fait que ceux-ci sont démesurés, mais comme jusqu’à présent, c’était le contribuable qui payait, ça ne posait pas de problème.
      De plus, une grêve tout les  2 mois, je ne connais aucune autre profession qui pratique ce passe-temps à ce point. Dans le privé, en tout cas, c’est le meilleur moyen de couler une boîte. Mais, encore une fois, c’est la Royale qui finance.
      Pour finir, je me méfie naturellement des syndicats et surtout des syndicalistes. Les gens de ce milieu que je connais sont au mieux des branleurs à la petite semaine sinon des fanatiques anti-patronnat. Évidemment, on ne peut généraliser sur quelques exemples. Mais j’ai pu constater que, assez souvent et à l’échelle nationale, ils sont partout sauf où on a vraiment besoin d’eux. D’autant que la grêve est loin d’être le meilleur moyen pour s’attirer la sympathie, surtout dans le domaine vital des transports. A-t-on le droit de paralyser un État pour des récriminations sociales ?

      J'aime

  2. Tout à fait d’accord – je suis un ancien cheminots qui ait honte de le dire- J’ai exercé ce boulot pendant 27 ans et j’ai déploré un manque d’honeteté manifeste de la part des cheminots dans leur ensemble –
    Hier soir un cheminot dans un déabat sur la retraire annonçait amèrement, devoir partir à 51 ou 52 ans au lieu de 50 !!!! avec une pension superieure à ……2000 euros/mois
    Sans commentaires !!!!
    signé:
    Celui qui est partie avant la retraite par acquis de conscience et par honneteté.(ne pouvant supporter cette injustice)

    J'aime

  3. C’est drôle cette obsession de l’État dans nombre de vos articles. Et c’est aussi amusant à quel point vous vous permettez de juger des travailleurs alors que vous même n’en êtes pas un. Je prend très souvent le train, et très souvent il y à du retard, à chaque fois je peste, je râle, je me dis que tous ces mecs sont des branleurs, des fainéants. Mais c’est bien sûr sur « le coup ». C’est pourquoi je me pose un peu en avocat du diable mais votre « article » me fait réagir.

    les conditions du travail se sont un peu améliorées depuis la locomotive à vapeur, même si les horaires de nuit restent les horaires de nuit. Alors, peut-on m’expliquer ce qu’ils veulent de plus ?
    Vous êtes sérieux là????
    Ah puisque les conditions ce sont améliorées les gens devraient se taire?
    A mon avis c’est en lâchant une miette par une miette de ces droits sociaux qu’on risque un jour de se retrouver dans une situation semblable à celle des USA,à travailler plus de 70h par semaine etc…
    Le principe d’une « lutte » sans répit (oui je sais ça fait vachement coco mais bon) c’est d’améliorer sa condition de vie, de l’améliorer toujours plus.

    les cheminots n’ont pas à faire grève Lol. Vous me semblez savoir qui a le droit de faire grève et qui ne l’a pas c’est magnifique.
    Un conseil, si vous n’êtes pas content cessez de prendre le train et faites autrement. « Mais je n’ai pas le choix » allez vous me dire, hé bien d’ici là taisez vous donc.

    Enfin, je trouve, malgrès la mauvaise fois évidente, votre blog intéressant, enfin, drôle.

    J'aime

    1. Disons que je trouve immoral et indécent le fait que cette catégorie socio-professionnelle soit une des plus protégées et paradoxalement, une des plus revendicatrices … Même certains cheminots le reconnaissent (cf Mat, commentateur de cet article et les liens parsemés dans mon article).

      À côté de ça, il y a bon nombre de salariés du privé qui bossent dans des conditions bien plus affreuses, avec des objectifs irréalistes, mais eux ne peuvent se permettre de faire grève. C’est ceux-là qu’on empêche de travailler les jours de grève à la SNCF.

      Quant à la « lutte sans répit », je veux bien, mais à deux conditions :

      qu’elle soit réaliste et juste, en gros : qu’on ne demande pas la lunequ’elle n’entrave pas la bonne marche des services publics, car les transports en sont un

      Je rappelle quand même que la SNCF est une société où l’État est actionnaire majoritaire, et qu’à ce titre, même les contribuables non usagers des chemins de fer la financent. Et les grèves sont un manque à gagner colossal (150 M€ pour les grèves contre la réforme des retraites). Même les administrations font moins grève que la SNCF. Il y a peut-être un problème, ou au moins, un équilibre à rétablir, non ?

      Un à sept jours de grève tous les deux mois environ, on est où là ? Des tensions et des problèmes, il y en a dans toutes les entreprises, à un moment où à un autre. Ce n’est pas pour autant qu’on provoque partout des mouvements sociaux de cette ampleur. Dans l’est, on a même vu une grève sans tracts ni mot d’ordre entre Noël 2010 et Nouvel an 2011 … comment croire que c’était pour défendre des acquis sociaux ?

      Pour finir, quand je suis mécontent de La Poste, je peux toujours me tourner vers UPS ou DHL. Mais quand je suis mécontent de la SNCF, je prends quel train ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s