Vive le retour du printemps !

Le printemps revient, et les corps se dévoilent. Une prespective à priori charmante, surtout avec le récent retour de la jupe dans le vestiaire féminin. Oui mais voilà, c’était sans compter les petites connes qui forment la gent féminine d’aujourd’hui, celle que dépeint si bien Claire Tournu, ces poufs qui se sentent obligées, « pour plaire », de se transformer en objets sexuels, incapables qu’elles sont de réaliser qu’on les transforme en poupées à hommes.

Ainsi, là où on aurait pu attendre un peu de poésie – printemps, grâce, réveil de la nature, … – on trouve des mises sans pudeur qui montrent tout, où le bas ne cesse de remonter, où le haut ne cesse de descendre, de sorte que tout ce potentiel de grâce se transforme en étalage de viande, en vitrine de charcuterie, où on aurait presque envie d’aller piquer une affichette « 2,90 € le kg », ou encore « pour une nuit seulement, jeter après usage ».

Où est passée cette élégance un brin piquante, où l’on montrait juste ce qu’il fallait, en dissimulant finement le reste, pour mieux le mettre en valeur ? Pourquoi s’est-on senti obligé de transformer un vêtement éminemment féminin, symbole de l’élégance à la parisienne, en uniforme d’allumeuse fashion sans substance ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s